Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Betroka : douze morts dans de violents affrontements

Betroka : douze morts dans de violents affrontements

La lutte contre les dahalo et le vol de bovidés est monté d’un cran dans la partie sud de l’île. Plus que jamais décidés à en découdre avec les dahalo, des éléments des forces de l’ordre ainsi que des villageois ont traqué les dahalo dans leur fief.

Douze morts. C’est le bilan de l’accrochage survenu hier à Vohidratsy Betroka. Près de 150 éléments mixtes des forces de l’ordre, composés de militaires et de gendarmes, ainsi qu’un millier de villageois ont participé à l’opération.

Les dahalo qui se sont retranchés dans cette localité, que  les forces de l’ordre n’ont jamais réussi à démanteler, réputée comme une zone d’embuscade, ont essuyé un revers cinglant.

Les éléments de l’opération ont aperçu une horde de dahalo dirigeant près de trois cent zébus vers ce passage obligé.

Ceci étant, près de 80 gendarmes et militaires, ainsi que des éléments de l’Unité spéciale anti-dahalo (Usad), sous la férule du capitaine Harena, commandant de la Compagnie territoriale de gendarmerie à Betroka, ont engagé une battue avant de livrer une bataille sans merci.

Des violents affrontements ont eu lieu. Une dizaine de dahalo ont perdu la vie dans l’accrochage et une partie du butin a été récupérée. Les rescapés  se sont enfuis avec les autres zébus mais de leur côté, le capitaine Onimiary et ses hommes ont déjà pris position dans une zone de repli, en vue de les intercepter. Pris entre deux feux, les dahalo ont essayé de trouver une échappatoire mais d’autres éléments conduits par le lieutenant-colonel Théodule Ranaivoarison se sont déjà postés dans la commune d’ Isoanala pour verrouiller toutes les issues.

«D’autres zébus sont encore entre les mains des dahalo. En moins d’un mois, près de 900 zébus ont été volés à Beraketa, Vohimanga, Bekirobo et  Besakoa. Dans chacune des ces attaques, il y a eu mort d’homme si bien que le commandement de la gendarmerie a décidé de lancer cette  opération », a expliqué le lieutenant-colonel Théodule Ranaivoarison.

Mparany

Les commentaires sont fermées.