Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Société : le cercle familial de plus en plus restreint

Société  : le cercle familial de plus en plus restreint

Malgré l’importance de la famille chez les Malgaches, les liens de parenté se sont singulièrement relâchés au fil des années, en particulier dans le milieu  urbain, selon l’avis du sociologue Hemerson Andrianetrazafy, à l’occasion de la Journée internationale de la famille. Interview.

*Les Nouvelles : A l’heure actuelle,  les Malgaches croient-ils encore à la signification et à l’importance d’une famille ?

– Hemerson Andrianetrazafy : Oui et non. Oui, parce les Malgaches y accordent toujours de l’importance, non par rapport à sa signification d’antan.

*C’est-à-dire ?

– Chez nous, chacun est encore attaché à son origine, à la «Grande famille». C’est-à-dire, les descendants d’un ancêtre commun auquel on est apparenté par le sang. La définition d’une famille s’y rapporte ainsi. Or, il s’avère qu’actuellement, la famille s’est réduite aux parents et leurs enfants, bref à un foyer. Une situation qui se remarque en particulier en milieu urbain, si en milieu rural, l’attachement à la valeur familiale est encore plus ou moins maintenue.

*Quelles en sont les conséquences ?

– L’impact au niveau de l’éducation. En effet, l’évolution sociale actuelle, du fait d’un marasme économique, oblige mères et pères à travailler. Une situation où les membres du foyer arrivent rarement à être ensemble, même le soir au diner. On délaisse ainsi l’éducation des enfants à la charge d’autrui tel que l’école et/ou les institutions religieuses. Comme ces dernières arrivent difficilement à dispenser une éducation complète, les enfants s’auto-éduquent à leur manière, s’inspirant de leur environnement.

*Qu’en est-il donc au sein d’une « Grande famille » ?

– Ce qui n’est pas le cas au sein de la «Grande famille» où tout le monde a le devoir d’intervenir dans le domaine, allant de l’aïeul jusqu’aux ainés. De ce fait, la lacune causée par l’absence des parents est comblée. Ce qui explique aussi pourquoi on peut dire que les enfants ruraux sont plus éduqués par rapport aux citadins, malgré la mauvaise qualification émise par ces derniers comme quoi les jeunes ruraux sont dépassés par rapport à leur époque.

* Pouvez-vous citer un exemple ?

–  Depuis la prolifération de ces marchands de rue, vous avez pu certainement remarquer des mères de famille qui amènent leurs enfants sur leurs lieux de travail. Là où le mot «Education de la rue» trouve son vrai sens. Une éducation où prévalent la loi du plus fort et autres similaires, en bref, la décadence totale de l’état culturel de l’enfant.

* Que proposez- vous ainsi comme solution ?

– Refonder notre société pour mettre en exergue de nouveau l’importance de la famille. Cette refondation ne peut toutefois s’accomplir sans penser d’abord à celle de la nation couplée à une volonté politique réelle.

Propos recueillis par Sera R

 

Les commentaires sont fermées.