Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv
Logo Free News

PRESIDENTIELLE EN FRANCE : L’exemple du pouvoir du peuple

PRESIDENTIELLE EN FRANCE : L’exemple du pouvoir du peuple

Emmanuel Macron, nouveau président français.

Dimanche soir, les Français se sont exprimés à travers les urnes. Emmanuel Macron a remporté haut la main le second tour pour récolter 66.06% des suffrages contre 34.04% pour son adversaire Marine Le Pen. Le Président se doit d’honorer la confiance accordée par les Français, soucieux de leur choix. Il revient maintenant au nouveau Chef d’Etat français de tenir ses engagements et de servir son peuple comme il se doit. A l’approche de 2018, le peuple malgache devrait en faire autant et exiger la redevabilité de son futur dirigeant.

Une fois de plus, l’élection présidentielle française illustre la capacité du peuple et de l’Etat français à faire régner et respecter la Démocratie. A juste 39 ans, Emmanuel Macron est devenu le plus jeune Président de l’histoire de la République française. Une jeunesse incarnée par un homme fraichement débarqué sur la scène politique avec son parti «Mouvement en marche». Au-delà de cette ascension fulgurante, c’est à une nouvelle ère de la politique française que le reste du monde assiste. Si on écarte le vote par défaut pour barrer la route au Front national (FN), le résultat de dimanche redessine l’échiquier du système politique dans l’Hexagone. Fini les partis traditionnels avec le clivage Gauche/Droite. Macron a su convaincre ses électeurs de la nécessité de renouveler la classe et la vie politiques dans leur ensemble. Comme dans son discours, avec lui, les Français ont eu «l’audace» de s’affranchir du vieux schéma des partis dominants d’autrefois. Les partis républicains et socialistes ont perdu de leur vigueur et les citoyens français aspirent à un réel changement. De plus, comme en 2002 avec le duel Chirac-Le Pen, le basculement des 11 millions d’électeurs vers le FN est surtout un signe de colère et de contestation face à l’incapacité des partis majeurs à gouverner la France. A Madagascar, le peuple devrait en tirer de la graine et ne jamais oublier que c’est lui qui a le pouvoir de décider, à travers les élections, de celui ou celle qui répondra le plus à ses attentes.

Une machine électorale forte et fiable

Le processus électoral français est un mécanisme bien huilé, quasi inaccessible à toute forme de fraude. A l’approche de l’annonce du résultat, les tendances se dessinent. Le ministère de l’Intérieur se charge de récolter les voix. Nul besoin d’avoir une Ceni aux multiples controverses comme c’est le cas à Madagascar. Les contestations de la part des candidats se font rares car ces derniers ont totalement confiance en la fiabilité de leur système électoral. Les résultats finaux sont acceptés par tous, toutes classes politiques confondues. Ici encore, la force des institutions des pays développés reflète leur réussite en matière de démocratie. Comme le disait si bien l’ancien Président américain, Barack Obama, «L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais d’institutions fortes». Si tout le système à Madagascar est suffisamment solide, la Justice, la Constitution et tout le rouage de l’Etat garantiront le respect de la démocratie, la justice pour tous, la liberté d’expression, la lutte contre la corruption et surtout l’Etat de Droit. Pour l’instant, force est de constater qu’il reste beaucoup de chemin à faire pour en arriver là. Cependant, ce n’est pas irréalisable. En France, ceux qui ont choisi Macron exigent de lui un esprit de redevabilité. «J’ai conscience de ne pas avoir obtenu blanc-seing», déclare le nouveau Président devant ses compatriotes. Une façon de dire que le pouvoir revient avant tout au peuple et pour le peuple. Emmanuel Macron n’a pas carte blanche pour diriger le pays à sa guise sans consulter les Français. De leur côté, les gouvernés ont la responsabilité de veiller sur leur choix. Au cas où ce jeune président prendrait des décisions «immatures», le peuple lui ferait un rappel à l’ordre. A Madagascar, ce ne sont pas les décisions irréfléchies qui manquent. La dernière en date, le Président Hery Rajaonarimampianina vient de lancer un programme dénommé «Fotoambita» sur You Tube. Histoire de se rapprocher de son peuple et de faire un déballage des préoccupations des Malgaches, fait-on savoir. Il a juste oublié que selon les dernières statistiques, le taux d’accès des Malgaches à Internet atteint à peine les  4,30%, surement à cause du coût trop élevé. Voilà de quoi rassurer les concitoyens qui, en plus de supporter les divagations de leur Chef d’Etat, devront encore débourser les frais de connexion. Du côté du régime, le progrès est…«en marche!»

La Rédaction

Les commentaires sont fermées.