Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv
Logo Free News

ILS ONT DIT…

Professeur James Ratsima, Asandratro ny fireneko : «A mon avis, cette élection de l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande à la tête de la France ne changera pas grand-chose. Les Présidents français qui se sont succédé ont adopté la même politique, et ce pays impérialiste continuera d’exploiter les pays en voie de développement. Ce pays n’hésite pas à provoquer un bain de sang pour défendre ses intérêts. Et n’oublions pas que l’économie de la France dépend des pays africains comme Madagascar. La Grande île a intérêt à réexaminer sa politique économique car les étrangers ont la mainmise sur tous les secteurs stratégiques (Jirama, Adema…) ».

Toavina Ralambomahay, analyste politique et auteur de l’ouvrage « La loi sur le statut de l’opposition : un mal nécessaire »: «Dès à présent, tous les acteurs politiques et les citoyens devraient définir le profil du futur Président de la République ou se présenter aux élections pour qu’ils ne soient plus déçus. Le clivage gauche droite existe toujours mais pas au sens Parti socialiste et républicain. C’est plutôt au sens nationaliste raciste et conservateur face au progressiste – à l’ouverture au monde. C’est vraiment étonnant qu’un pays comme la France ait un Président qui n’a pas de parti, qui n’assume pas un ancrage idéologique (même si on le dit social-libéral) et qui arrive au sommet de l’Etat en moins de 5 ans de carrière politique. On dirait Madagascar mais peut-être pas pour les mêmes raisons »

Eric Rakotomanga, le président national du Parti du Congrès de l’indépendance de Madagascar (AKFM) : «Comme le nouveau Président de la République française se veut porteur d’une nouvelle idéologie politique, l’AKFM s’attend aux trois changements suivants : la fin du concept Françafrique, le respect des dispositions du droit international sur le principe de coopération juste et équitable ainsi que le respect de la souveraineté des Etats. Le nouveau Président devrait également accepter la résolution des Nations Unies sur les îles éparses de Madagascar. Je tiens à noter que la revendication y afférente ne date pas d’hier, mais les dirigeants malgaches n’ont pas fait de ces îles leur priorité».

J.Harisoa

Les commentaires sont fermées.