Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv
Logo Free News

EDITORIAL : Un mépris qui s’explique !

Encore une autre preuve que ce régime ne se préoccupe nullement de la population : durant les 3 jours qu’a duré la vitrine de l’économie à Toamasina du 4 au 6 mai dernier, aucune coupure de courant n’a été constaté. Mais le 6 mai, vers 20 h 30, c’est-à-dire, peu de temps après la clôture de l’événement, le délestage habituel pour les habitants de la ville du Grand port a repris. L’essentiel était donc de faire bonne figure devant les nombreux opérateurs économiques qui ont participé à cette vitrine, mais également afin de ne pas perturber le séjour des nombreuses hautes personnalités qui sont venues l’honorer de leur présence. La population locale, quant à elle, doit subir les coupures de courant.

Par ailleurs, ces délestages que subissent les habitants de toutes les grandes villes de Madagascar hormis ceux de la capitale et de ses environs montrent également que le pouvoir actuel classe les Malgaches en différentes catégories. Ainsi, il existe certaines populations, à l’instar de celles d’Antananarivo et de sa périphérie, que l’on peut considérer comme faisant partie de la catégorie privilégiée. Pour ces dernières, les délestages font désormais partie du passé car leur fourniture en électricité est revenue (presque) à la normale depuis que les usagers, notamment de Bemasoandro Itaosy ont manifesté leur ras-le-bol. Craignant que ce mouvement ne fasse tache d’huile, les responsables étatiques se sont ainsi démenés afin de donner rapidement satisfaction à cette population qui, rappelons-le, « fait et défait les rois ».

Quant aux autres, elles font partie de la catégorie inférieure, celle que le régime peut ignorer et, à ce titre, peuvent supporter un traitement de moindre qualité. Le régime peut leur faire subir sans crainte aucune tout ou presque tout car leur éventuelle manifestation de révolte ne prête pas à conséquence et ne risque pas de détrôner ceux qui sont au pouvoir.

Et ce sera toujours ainsi tant que toute la population malgache se laisse faire et ne fasse pas montre d’une véritable solidarité pour dénoncer ensemble, d’une part, leur incompétence et, d’autre part, leur indifférence, voire leur mépris au sort des millions de Malgaches.

N. Randria

Les commentaires sont fermées.