Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : comice agricole, séance du 28 avril (1)

Le Comice agricole s’est réuni samedi dernier, 28 avril, pour discuter le plan de campagne des travaux à exécuter au cours de l’année 1918.

  1. de Laborderie, administrateur chef de la Province et Maire de Tamatave, présidait la séance.

Nombreux sont les travaux dont le projet est présenté par M. l’ingénieur Bernard, le très sympathique chef du service régional des T. P. Nous ne présenterons que ceux, plus importants, pouvant offrir quelque intérêt pour nos lecteurs.

Hangar à la Douane. – Ce hangar-abri serait construit en face du quai d’embarquement à la suite du hangar existant déjà, lequel est devenu insuffisant pour recevoir les marchandises en transit. Adopté à l’unanimité.

Pavillon à la Poste. – Les arrivages et les départs de colis postaux ont pris un tel développement que le service des postes, ne disposant pas de local suffisant pour les recevoir, est obligé de les déposer, au petit bonheur, dans des immeubles voisins appartenant à des particuliers. Il demande donc d’urgence la construction d’un pavillon annexé à la Poste pour pouvoir les loger convenablement.

Lorsque, il y a quelques années à peine, a été construit sur plans venus de Paris le grotesque immeuble que, fort ironiquement, on a baptisé Hôtel des Postes et qu’on n’a même pas su mettre en alignement sur la rue du Commerce, la presse n’a pas hésité à formuler des critiques et à dénoncer cet immeuble comme absolument insuffisant.

En effet, deux ou trois ans après, à force de réclamations de la part du service des Postes, on a procédé à la construction d’une annexe réservée au service des colis postaux. Cette annexe construite en massive maçonnerie et qui, par son esthétique, forme le digne pendant de l’immeuble principal, à peine terminée, n’a pas tardé à se montrer aussi incommode qu’insuffisante. Les trois uniques fenêtres donnant sur la rue, placées presque au ras du sol, ne donnaient ni assez d’air, ni assez de lumière, tout en permettant aux passants de contrôler les opérations qui s’y pratiquaient et au besoin, si l’envie leur en prenait, d’allonger le bras pour s’emparer d’un colis postal.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.