Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Kabôsy Spirit au CGM : un vibrant hommage à Jean Emilien

Kabôsy Spirit au CGM  : un vibrant hommage à Jean Emilien

Le groupe Kabôsy Spirit a signé son retour dans la capitale à l’occasion d’un concert qui s’est tenu samedi dernier au CGM Analakely, en hommage au regretté Jean Emilien.

Tout de blanc vêtus, tenue brodée d’un «Aloalo» comme pour mettre en valeur la culture typiquement malgache, le groupe fianarois  Kabôsy Spirit a invité le public du CGM à se délecter du folklore des mélodies spécifiques de la région Haute Matsiatra. La six cordes, plus précisément le Kabôsy, a donc fait résonner la salle et avec laquelle Kabôsy Spirit a marié instruments modernes pour aboutir à un nouveau style  éponyme.

«Namako», «Asio resaka», «Bekamo», «Ontsa», «Ny any aminay any»… le quintet enchaînee les titres, juste après une brève introduction au public. «L’année dernière, Jean Emilien nous a fait l’honneur de présenter le groupe sur cette même scène. Et aujourd’hui, il n’est que justice de rendre hommage à celui qui a été un véritable monument de la musique malgache durant près de quarante ans», lance Mbity sur scène, s’accordant une minute de silence à ce champion du monde de l’harmonica qui a déposé définitivement son instrument de prédilection le 5 avril dernier.

Entre tradition et modernité, la bande à Fefy et  Ratax a proposé un voyage musical à travers les rythmes, allant du horija betsileo à l’a cappella et à la world music. Tandis qu’Ibemaso & co a entretemps investi la scène pour changer un peu le décor.

Un esprit particulier

Unis par cette passion intarissable pour la culture musicale Betsileo, mais également et surtout par le sang, Mbity et Doda ont monté, il y a quelques années Kabôsy Spirit pour apporter un regard neuf et un ton original dans le milieu de la musique malgache. Après 15 ans de carrière, le duo fraternel accompagné de ses musiciens a sorti l’année dernière son nouvel opus intitulé «Tonga mamangy» qui se traduit en d’autres termes par «Rendre visite».

«Bien plus qu’un simple instrument de musique, le kabôsy dispose d’un esprit particulier qui dégage de l’énergie. Mais lorsque cette énergie spirituelle du kabôsy fusionne avec d’autres instruments universels, elle accouche d’une nouvelle forme de musique. C’est justement cette confrontation tradition-modernité que nous essayons de véhiculer constamment», confie Doda en coulisse.

Joachin Michaël

 

Les commentaires sont fermées.