Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv
Logo Free News

SYNDICATS : Attention aux dérives !

Par définition, un syndicat est un groupement de personnes physiques ou morales pour la défense ou la gestion d’intérêts communs. Il existe ainsi à Madagascar divers syndicats qui œuvrent chacun pour les intérêts des corps de métiers et ceux des membres de ces derniers. Par ailleurs, il existe au sein de certaines sociétés des délégués syndicaux qui bénéficient, de par les lois en vigueur, de protections particulières.

Le délégué syndical ne peut faire l’objet d’un licenciement qu’après autorisation de l’inspecteur du travail. Cette protection est également effective pendant un laps de temps avant et après l’exercice de la mission. Mais c’est là que le bât blesse car certains délégués syndicaux s’estiment donc intouchables et abusent de leur statut. C’est le cas de cet employé au sein d’une association qui a son siège social dans la capitale mais qui possède des bureaux dans toute l’île. Le concerné, un chauffeur de la direction, est également délégué syndical. Néanmoins, imbu de son statut, il ose ainsi faire fi des directives de certains de ces supérieurs hiérarchiques, déclarant qu’il n’est au service que du seul directeur de l’association même s’il est, selon sa fiche de poste, appelé à faire le chauffeur de toute l’association. De telles insubordinations lui avaient déjà valu nombre de demandes d’explication ainsi que son passage devant un conseil de discipline. Mais la goutte qui a fait déborder le vase et qui a motivé son licenciement a été une déclaration de maladie de longue durée, qui subodorait un relent d’irrégularités. Déjà que l’intéressé était rétif à toutes les recommandations, mais il a superbement ignoré les procédures en la matière ainsi que la politique de santé appliquée par ses employeurs. Une politique qui veut que toute prescription et toute prestation médicale fassent l’objet d’une contrexpertise de la part des praticiens employés au sein de l’association avant leur remboursement, mais également afin que l’intéressé puisse jouir de ses droits administratifs (congés, période de convalescence…). Face à ces irrégularités et après toutes les étapes légales avant le licenciement d’un délégué syndical, ses employeurs ont décidé de son licenciement.

Des présidents syndicaux dévoyés

Mais grande a été la surprise de ces derniers quand ils ont été convoqués par l’inspection du travail, laquelle a été pourtant mise au courant de toutes les démarches qui ont abouti à ce congédiement. L’objet de cette convocation était une plainte déposée par l’employé pour licenciement abusif suite à une demande de remboursement de frais médicaux et pour…. harcèlement psychologique. Une demande qui ne devrait pas prêter à conséquence pour la société employeuse étant donné qu’elle a scrupuleusement respecté toutes les procédures. Sauf que ce délégué syndical a requis l’assistance de présidents syndicaux lors de cette convocation. Des présidents syndicaux qui, pour des raisons d’ordre particulier, ont ainsi fait de peser de tout leur poids auprès de l’inspecteur du travail en charge du dossier pour que le délégué syndical obtienne les dédommagements colossaux qu’il exige, d’une part, et, d’autre part, pour traiter les responsables de l’association comme des moins que rien. Pire, des menaces ont même été lancées car ces présidents syndicaux prétendent être dotés de pouvoirs immenses du fait de leur statut. Quoi qu’il en soit, ces responsables de l’association ne se sont pas laissé faire et ont refusé de céder aux demandes de ce désormais ancien délégué syndical. L’affaire devra donc passer devant la justice où, on l’espère, ces présidents syndicaux dévoyés pour de simples attraits pécuniaires seront remis à leur place par les magistrats.

N. Randria

Les commentaires sont fermées.