Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv
Logo Free News

LANTO RAKOTOMANGA : Le gouvernement devrait demander un vote de confiance

LANTO RAKOTOMANGA  : Le gouvernement devrait demander un vote de confiance

Dans les pays étrangers, quand les gouvernants déçoivent le peuple, ils démissionnent sans tarder, a affirmé Lanto Rakotomanga.

D’après la députée de Madagascar Lanto Rakotomanga du groupement Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina (Mapar), le régime n’a jamais fait du social de la population sa priorité. Le souci des dirigeants reste la recherche de stabilité en vue de renforcer le pouvoir.

«C’est surtout durant ce régime que tous les prix ont affiché une hausse, plus particulièrement celui des produits de première nécessité et celui du carburant qui, d’ailleurs, détermine les prix des autres produits sur le marché », a déclaré cette députée de Madagascar élue dans le deuxième arrondissement. Pourtant, le pouvoir d’achat de la population ne s’améliore pas mais s’effrite de jour en jour, indique-t-on. D’après ces explications, rien d’étonnant puisque le pays est miné par la corruption et figure parmi les pays les plus pauvres du monde.  « La population devrait être la priorité des dirigeants, mais je ne pense pas que le régime actuel s’inquiète à ce sujet. Ce qui préoccupe les dirigeants c’est de mettre en place une stabilité politique, donc de rester au pouvoir», a-t-elle insisté. «Les dirigeants sont élus par le peuple, donc ils devraient être à l’écoute de la population. Et les députés, en tant que représentants du peuple, ne font que rapporter la voix de ce dernier. D’ailleurs, la population est là pour témoigner si ce régime est à la hauteur», a riposté la parlementaire concernant les détracteurs qui pointent du doigt ceux qui osent dénoncer les magouilles des dirigeants. Elle d’ajouter que les critiques permettent d’améliorer les choses et de faire avancer le pays. Donc, tous ceux qui ignorent ou qui ne veulent pas écouter les critiques ne se soucient pas du développement du pays, a-t-on expliqué.

Démissionner…

Pour le parti Mapar, des élections libres, transparentes et crédibles restent la seule solution à l’impasse actuelle. Par ailleurs, d’après les explications, les dirigeants devraient démissionner s’ils sont incapables de gérer le pays. «A l’étranger, quand les gouvernants déçoivent le peuple, ils démissionnent sans tarder ; mais chez nous, cela est une illusion même s’il s’agit d’une faute grave», déplore notre interlocutrice. «Vu son inefficacité, le gouvernement ne devrait même pas attendre les avis des parlementaires mais leur demander un vote de confiance», a conclu la députée.

J.Harisoa

 Même situation qu’en Corée du Sud
La députée a également partagé son point de vue concernant l’affaire Claudine Razaimamonjy en déclarant qu’il s’agit d’actes de corruption. Ainsi, d’après ses dires, vu que les détournements de deniers publics ne sont pas les seuls faits de l’opératrice économique, ses complices devraient répondre de leurs actes. Par ailleurs, la députée s’interroge si le Bianco fait l’objet d’intimidations pour avoir interrompu les enquêtes y afférentes. Cela, tout en encourageant cette entité à poursuivre ses efforts dans la lutte contre la corruption. D’après elle, tous ceux qui sont mouillés dans cette affaire (y compris le Président de la République) doivent être punis s’ils sont reconnus coupables.  «La situation actuelle est semblable à celle de la Corée du Sud où un conseiller spécial du Président a été déclaré coupable de corruption. Le numéro un de l’Exécutif, en tant que complice, a  été déchu par les députés  puis jeté en prison. Ces deux affaires ne sont-ils pas semblables? Mais chez nous, le  chef de l’Etat n’a même pas daigné donner des explications en évoquant que «le silence est d’or» alors qu’il s’agit de sa proche conseillère. Qui  ne dit mot consent», a affirmé la parlementaire.              



Les commentaires sont fermées.