Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv
Logo Free News

PARTI MARINA ET CONJONCTURE : Le régime tue indirectement la population malgache

PARTI MARINA ET CONJONCTURE : Le régime tue indirectement la population malgache

Les dirigeants devraient user de tous les moyens pour ramener le prix du riz à la normale, réclame le parti Marina.

«La hausse des prix est intervenue bien avant les catastrophes naturelles et continue encore après le sinistre. Certains essayent-ils de profiter des aléas climatiques pour s’enrichir?» s’est récemment demandé Jean Max Rakotomamonjy, le président de l’Assemblée nationale, à Tsimbazaza.

«Nous avons réclamé à ce que l’Etat ramène le prix du riz à la normale, c’est-à-dire à 1 600 ariary au lieu de 2 000 ariary le kilo, mais ce dernier a fait la sourde oreille », a déclaré hier Désiré Ranaivoson, le président national du parti Marina, en s’exprimant sur la conjoncture socioéconomique, à l’occasion d’une conférence de presse organisée à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina. Cela, tout en dénonçant l’impuissance de l’Etat face à la situation actuelle. Le régime ayant essayé de se disculper en affirmant que, normalement, les prix du riz ne devraient pas afficher de hausse. «Cela implique que le régime ne fait pas de la crise du riz sa priorité» a-t-on précisé. D’après ses explications, le régime a intérêt à se pencher sur ce problème vu que le riz est l’aliment de base des Malgaches. «A moins que nos dirigeants ne veuillent démontrer qu’ils ne sont que des incapables qui n’ont aucune valeur aux yeux des millions de Malgaches. Les responsables devraient, par tous les moyens, faire baisser le prix du riz. Il faut ouvrir des enquêtes et sanctionner les spéculateurs», réclame-t-on. Pour ce parti, l’Etat tue indirectement son peuple s’il continue à ne pas réagir.

Eliminez-les !

Concernant l’affaire Claudine Razaimamonjy, le parti ne mâche pas ses mots en dénonçant le fait que tous ne soient pas égaux devant la loi. «La loi est intraitable pour le petit peuple mais pour les personnalités étatiques, il n’en est pas le cas car celles-ci bénéficient de la protection du pouvoir en place», a déploré notre interlocuteur. A cet effet, Marina appelle la population à voter sagement et avec discernement aux prochaines élections, mais pas seulement à se rendre aux urnes. «Il faut donner une bonne leçon aux personnalités impliquées dans des affaires de corruption et à leurs complices aux prochaines élections», préconise-t-on.

J.Harisoa

 Le parti Marina pointe du doigt également le chiffre affiché par la révision électorale,  soit plus de 9 millions d’électeurs. Une augmentation suspecte vu que des agents électoraux ne sont pas passés au niveau des fokontany où ils devaient intervenir, explique-t-on. Ce groupement politique propose à ce que les présidents des fokontany soient élus par la population locale. Il faut qu’on abandonne le système du bulletin unique qui favorise les fraudes électorales en tous genres, a, par ailleurs, suggéré le numéro un du parti. Et enfin, ce dernier demande plus de transparence de la part des autorités concernant la date exacte de la présidentielle. 

Les commentaires sont fermées.