Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Lundi de Pâques : piqueniquer avant tout

Lundi de Pâques : piqueniquer avant tout

Moyens ou pas, beaucoup de Tananariviens ont tenu à sortir pour piqueniquer le Lundi de Pâques. De bon matin, tous les axes des routes nationales ont été encombrés, en particulier les RN1, RN2 et RN7, sans oublier le By-pass.

Les coins et recoins des périphéries de la capitale ont grouillé du monde et de voitures, où le moindre espace de verdure et d’ombrage a été pris. Les différents spectacles organisés dans divers endroits de la capitale ont également drainé la foule et du coup, les taxis-be ont été pris d’assaut.

Si les adultes ont préféré se prélasser à l’ombre sous des chapiteaux improvisés, ou encore former des cercles pour discuter autour d’un verre, les plus jeunes, ainsi que les enfants, ont profité au maximum de ce grand espace mis à leur disposition. Les divertissements ont varié, allant des jeux de société aux sports collectifs comme le mini-foot ou la pétanque, intercalés de goûters et de grillades.

Les ruraux ont également eu leurs loisirs. Les femmes et les plus jeunes se sont occupés de la vente de leurs produits locaux, quant aux hommes ainsi que les vieillards et les enfants, ils ont choisi les hauteurs pour contempler d’un œil curieux cette ruée de citadins. Cela, tout en savourant en même temps leurs propres pique-niques. Le choix d’un bon endroit étant à leur avantage pour cause de proximité.

Une opportunité de revenus pour d’autres

Des marchands d’occasions se sont manifestés un peu partout durant le Lundi de Pâques. Un phénomène qui n’est pas tout à fait nouveau sauf qu’il a attiré beaucoup d’adeptes. En effet, des familles se sont emmenées en voiture avec leurs enfants dans les lieux de pique-nique, laissant la garde de ces derniers aux plus aînés ou à une proche ou une nurse. Leur système est d’ouvrir la malle de leur voiture et d’étaler les boissons et victuailles, comme les brochettes et poulets grillés, dans le but de faire un peu de bénéfice, un geste tout à fait propice en cette période difficile.

Certains taxis-be ont également joui de cette  opportunité. Des associations publiques, privées et cultuelles ont profité de cette journée pour se retrouver ensemble accompagnées de leurs familles respectives. Dans la plupart des cas, elles ont loué ces moyens de transport au détriment des usagers quotidiens.

« Nous préférons de loin être en location plutôt que de subir les embouteillages et les sanctions des agents de la circulation qui ne sont pas tendres en de tels moments », a indiqué un chauffeur. Quant à ceux qui n’ont pas pu trouver preneur, en particulier ceux qui desservent les axes de la périphérie de la capitale, ils ont doublé les frais au grand dam des passagers. Leur effectif très réduit étant à leur avantage.

Sera R

 

Les commentaires sont fermées.