Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Industrie touristique : Madagascar encore à la traîne

Industrie touristique  : Madagascar encore à la traîne

La destination océan Indien compte en moyenne 2,6 millions de touristes internationaux chaque année selon les chiffres avancés par l’organisme officiel Statistics Mauritius. Ce taux ne représente toutefois que moins de 1% de la fréquentation des destinations touristiques mondiales.

La majorité des touristes enregistrés ont choisi l’île Maurice comme principale destination. En 2016, selon les derniers chiffres communiqués par Statistics Mauritius, le nombre total de touristes visitant l’île voisine atteignait 1.206.971 de voyageurs, soit une augmentation de 10,9% par rapport aux arrivées touristiques enregistrées en 2015. A Madagascar, pour la même période, le nombre de touristes était de 289 380, soit moins du quart du nombre d’arrivées à l’île Maurice.

En décembre 2016, l’île Maurice a ainsi accueilli 146.258 visiteurs contre 132.735 voyageurs répertoriés en décembre 2015. Ces derniers se répartissent comme suit : 254.362 visiteurs viennent de la France métropolitaine, 143.834 touristes en provenance de la Réunion, et les voyageurs britanniques arrivent en troisième position avec 129.796 visiteurs enregistrés.

L’industrie touristique mauricienne est l’un des principaux piliers de l’économie de l’île et emploie quelque 100.000 personnes, soit le double de la prévision de Madagascar horizon 2018.

Structure de la dépense

Selon le motif de la visite, la structure de la dépense diffère d’un type de tourisme à un autre. Les touristes d’affaires et d’agrément consacrent un tiers de leurs dépenses à l’hébergement alors que les touristes affinitaires utilisent un sixième de leur budget. Par contre, leur budget consacré aux cadeaux souvenir et aux activités de loisirs est plus important que celui des touristes d’agrément et d’affaires.

Les données recueillies par la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) dans une étude sur le secteur tourisme montrent que ce taux de croissance à deux chiffres indiquent que d’une part, la demande internationale augmente et que d’autre part, la capacité d’accueil de cette économie insulaire tend à être saturée.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.