Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : maladresse éhontée se fout de l’habileté

Classer la politique dans la catégorie des disciplines artistiques parait aventureux, cela n’empêche de reconnaitre une valeur à la vocation de s’y consacrer surtout si l’exercice s’accompagne d’une élévation d’esprit, lui faisant épouser parfois la forme d’un apostolat. L’activité en milieu fangeux requiert doigté. Un maître en la matière, François Mitterrand, plaidant en faveur de l’usage de la ruse en politique en a justifié la légitimité, sous réserve d’un savoir la revêtir des habits de l’habileté. Nombre de maladresses prélude à la dernière boulette de n’avoir pas su empêcher une image scabreuse à l’évasion de Claudine Razaimamonjy, ne témoignent pas d’une grande habileté. Souvent de leur suffisance ces gens du pouvoir donnent l’impression de n’accorder à l’habileté aucune considération, détenir le pouvoir semble leur suffire à se croire la liberté de faire avaler toutes les couleuvres à toute une population. Cynisme et mépris se mêlent à les pousser à la gageure de poser en postulat la triviale boutade « plus c’est gros mieux ça passe ».

 Cette fois-ci l’os était trop gros, l’opinion le garde en travers la gorge. Certains chroniqueurs font de cette affaire la menace de braises qui couvent promises à se raviver incandescentes en 2018. Séduisante hypothèse minimisant les ravages actuels d’un incendie pas près de s’éteindre. Vouloir ruser n’y parviendrait pas, surtout pas à la manière de pompiers chaussés de gros sabots adoptant le style de chirurgiens à gros doigts essayant de suturer les plaies sans dextérité. Suite à l’évasion de la fugitive qui a échappé au destin de servir de sacrifice pour la bonne cause, reste à faire amende honorable en procédant à une grande purge, et en immolant sur le bucher des pénitents les hauts exécutants de l’exfiltration. Certes y procéder ne saurait totalement abuser le public, tant est forte la conviction à propos du largage de complices même ayant rang de ministre pour servir de fusible, n’ayant d’intention qu’à court-circuiter une dangereuse remontée des soupçons. La perspective 2018 cesse d’être la préoccupation prioritaire, il y a plus urgent : on suffoque dans le palais, tous toussent de la fumée du feu qui brûle les rideaux à toutes les ouvertures. Ultime chance de salut, concéder sa part au feu. Sans gage de réussite, signe de contrition en sanction d’une culpabilité par légèreté avec une insouciance désormais disparue.

Léo Raz

 

Les commentaires sont fermées.