Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

IFM Analakely : carte blanche à Ludovic Randriamanantsoa

IFM Analakely  : carte blanche à Ludovic Randriamanantsoa

Après Gégé Rasamoely et Franco Leclerc, l’Institut français de Madagascar donnera carte blanche cet après-midi au jeune cinéaste, Ludovic Rianando Randriamanantsoa.

Ludovic Rianando s’est découvert une véritable passion pour le cinéma depuis son enfance, mais c’est à l’orée de l’année 2004 qu’il décide de s’y impliquer largement en écrivant notamment des scénarios pour une sitcom de la chaîne nationale. Il a été révélé aux cinéphiles lors de la 1ère édition des Rencontres du Film court en 2006 grâce à son court- métrage intitulé «Palindrôme».  Dans la foulée, il a cofondé «Iris», une association de jeunes passionnés du cinéma.

Porté par sa passion, il a suivi des ateliers d’écriture de cinéma au CCAC et a obtenu une bourse pour intégrer l’Ecole supérieure en art visuel de Marrakech (ESAVM) en 2008 dans la filière réalisation. Parmi les films qu’il a réalisés, «Le Glas» qui a raflé le Zébu d’or à l’occasion de la 6e édition des RFC, dans la catégorie fiction. Il a également été sélectionné au Festival du court- métrage à Winterthur en 2011.

Des films et des rencontres

En 2011, le documentaire «Ça tourne à Elmsalah» a été présenté aux 25e Rencontres Internationales des écoles de cinéma et d’audiovisuel à Toulouse. La même année, son court- métrage sur la violence des tirailleurs sénégalais en 1941 a été retenu au 26e festival de Namur. Lauréat du fond Serasary en 2013, Rianando réalise «Le petit bonhomme de riz» qu’il a présenté au festival international d’Afrique et des îles à Clermond Ferrand en 2014. Actuellement, il travaille à l’exécution d’un projet d’éducation à l’image et au cinéma dans des écoles publiques de la ville d’Antananarivo.

Cet après-midi, le jeune cinéaste se plaira à échanger au public de l’IFM les ingrédients de son succès dans ce domaine. A l’occasion d’une projection, il a choisi tout particulièrement le film «Nous venons en amis» réalisé par Hubert Sauper en 2014.

Joachin Michaël

 

Les commentaires sont fermées.