Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv
Logo Free News

TANAMARY SOLILA : La Fip et le Das de nouveau impliqués dans l’incendie d’un village

TANAMARY SOLILA : La Fip et le Das de nouveau impliqués dans l’incendie d’un village

Alors que les enquêtes sur l’incendie criminel à Antsakabary piétinent, une autre affaire similaire éclate au grand jour. Cette fois-ci, la Fip de Fianarantsoa et des militaires issus du Détachement autonome de sécurité (Das) sont directement impliqués dans l’incendie volontaire d’une dizaine de foyers à Solila à Ikalamavony. Durant une descente pour une affaire de vol de bovidés, ces éléments des forces de l’ordre auraient participé à cet acte irréfléchi sous les ordres de l’Adjoint au maire de Tanamary, un certain André Rakoto. Des habitations sont réduites en cendres suite au refus des villageois de coopérer.    

A Ikalamavony, dans la région Haute Matsiatra, un nouveau cas de bavure policière vient s’ajouter aux nombreux autres qui se sont produits à Antsakabary (Befandriana Nord) et Ambanja. Tout est parti d’un vol de bovidés dans la Commune rurale de Tanamary, dans le chef-lieu du district d’Ikalamavony. Une localité située dans cette commune subit depuis quelque temps les assauts des «Dahalo». Des brigands qui n’hésitent pas à s’emparer de tout un cheptel. Après avoir suivi les malfaiteurs à la trace, les villageois étaient persuadés de l’endroit où ceux-ci se trouvaient. Plus exactement, les «Dahalo» se seraient réfugiés dans une localité voisine à Marozaza Atsimo, dans la commune de Solila. Le fokonolona a aussitôt alerté les forces de l’ordre pour tenter de démasquer les voleurs. Le 14 mars dernier, 14 éléments de la Force d’intervention de la police (Fip) de Fianarantsoa,  accompagnés de deux militaires du Détachement autonome de sécurité (Das), se sont rendus sur place. Une descente infructueuse puisque cette escouade de policiers et de militaires s’est heurtée à un refus des villageois de Solila de coopérer. Faute de preuves suffisantes, cette troupe mixte est rentréee bredouille. Le 18 mars, les forces de l’ordre ont réédité la même opération mais cette fois-ci en compagnie de l’Adjoint au maire de Tanamary, un certain André Rakoto. Ce dernier était animé d’une ferme volonté de débusquer les voleurs de zébus de leur fief.

Ordre d’incendier les habitations

Une fois arrivé sur les lieux, l’Adjoint au maire André Rakoto a été vexé par l’attitude des habitants de Marozaza Atsimo (Solila). Pour lui, les villageois de Solila sont complices dans la mesure où ils refusent de livrer les «Dahalo». Contre toute attente, André Rakoto donne l’ordre d’incendier le village de Marozaza Atsimo en guise de répression pour refus de coopérer. Après recoupement des informations reçues, cet Adjoint au maire aurait fait appel au fokonolona voisin, les victimes du vol, pour mettre le feu au village, mais ces derniers auraient refusé. Des sources concordantes attribuent notamment cet incendie criminel à André Rakoto avec la participation des forces de l’ordre. Mais pour se disculper, cet attaché communal aurait fait porter le chapeau au fokonolona voisin, victime du vol de zébus. Quoi qu’il en soit, l’implication d’André Rakoto et des forces de l’ordre dans cet incendie criminel ne fait aucun doute. Le plus indignant dans cette affaire c’est le consentement des éléments de la Fip et du Das. En tant que représentants chargés de faire respecter la loi, ces derniers ont autorisé un Adjoint au maire à brûler une dizaine d’habitations. De même, cet officier public devait incarner l’autorité et défendre les intérêts des administrés. C’est lui qui bafoue la loi en abusant de son statut. 

Une affaire qu’on a essayé d’étouffer

Avec ce nouvel incident dramatique, le malaise règne au sein des forces de l’ordre. Les responsables tentent en vain de camoufler l’affaire mais les exactions commises par la Police (Fip) ont pris une telle ampleur que la vérité a fini par éclater au grand jour. Au retour de ses éléments, le chef hiérarchique de la Fip de Fianarantsoa se trouvait visiblement dans l’embarras. Alors que la Fip est en mauvaise posture avec l’incendie criminel à Antsakabary, voilà que la même unité d’intervention fait parler d’elle à Ikalamavony. Pour tenter de limiter la casse, ce responsable des forces de l’ordre a aussitôt ordonné l’arrestation de l’Adjoint au maire ainsi que trois individus présumés être des «Dahalo».  Le procureur de la République aurait également donné l’ordre d’arrêter l’Adjoint au maire. Mais les informations reçues confirment qu’il n’est pas du tout arrêté. Il serait à Ambalatsiandalovana avec les policiers.  Après l’incendie de son village, le fokonolona de Marozaza Atsimo à Solila a déserté les lieux.  Une nouvelle fois, les unités au sein de la Fip sont pointées du doigt. Des éléments incontrôlables qui agissent en toute impunité. Combien de cas de ce genre devra-t-on citer pour que des mesures exemplaires soient prises? Le nouveau DGPN, le Gal Erick Michel, ancien Directeur de la Fip aura du pain sur la planche pour en finir avec ces dérives policières. Du moins, ce haut responsable ne peut rester longtemps dans son mutisme. La justice populaire généralisée est certes condamnable mais les abus perpétrés par des hommes censés faire régner l’ordre ne feront qu’attiser davantage la colère des justiciables. L’enquête sur l’affaire à Solila poursuit son cours.

La Rédaction              

Les commentaires sont fermées.