Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Rapport de la banque mondiale : quand les directeurs et les enseignants pratiquent l’absentéisme

Rapport de la banque mondiale  : quand les directeurs et les enseignants pratiquent l’absentéisme

Plus qu’un rapport, c’est un véritable constat de défaillance que la Banque mondiale a publié hier à Anosy, au sujet de l’éducation à Madagascar. Les Indicateurs de prestation de services (IPS) dans ce domaine mesurant la performance des enseignants, des élèves… donnent matière à réfléchir.  Le taux d’absence de l’école des enseignants à l’école est de 31%.

Plusieurs faits saillants ont été largement détaillés par la Banque mondiale à l’issue d’une enquête réalisée par l’équipe de l’IPS dans 473 écoles primaires et au niveau de 2130 enseignants entre mai et juin 2016. 3960 élèves de classe de huitième à travers le pays ont aussi passé des tests de niveau.

Peut-être que le Ministère de l’éducation devait élaborer un plan de lutte contre l’école buissonnière à l’endroit des enseignants et directeurs des établissements publics. D’après le rapport, ces derniers s’absentent plus souvent avec un taux de 37% que les simples enseignants (31%).  Et «Le taux d’absence des enseignants était significativement plus élevé dans les écoles où le directeur était absent», souligne le rapport.

Facteur déterminant

«La présence ou l’absence du directeur à l’école était un facteur déterminant de l’absence des enseignants» avance le rapport. Dans les écoles publiques où ce cas se présente souvent, le taux d’absence des enseignants est deux fois plus élevé, 55% contre 22% pour le directeur.

Si les enseignants sont présents à l’école, leur taux d’absence dans la salle de classe est, toujours selon ce rapport, de l’ordre de 38%. Un taux supérieur à celui de l’absentéisme à l’école. Et même s’ils sont dans la salle, ces enseignants passent en moyenne 4% de leur temps à vaquer à des activités autres que l’enseignement. «De par ces résultats, les élèves n’ont bénéficié que de 3h d’enseignement, sur les 5 h programmées», conclut le rapport.

Lacunes en capacités pédagogiques

Côté capacités pédagogiques, «Une écrasante majorité des enseignants, pour ne pas dire tous, n’ont ni les connaissances académiques ni les compétences pédagogiques nécessaires pour enseigner»,  note la BM. Leur score moyen au test de français et de mathématiques est de 38%. C’est-à-dire que la majorité de ces enseignants n’ont obtenu que la note de 3,8/10 à ces deux tests. Seul un enseignant sur mille a eu un score supérieur ou égal à 80% à ces tests. «Près de 20% de ces enseignants n’ont pas réussi à effectuer un calcul mental d’une soustraction de nombres à deux chiffres, exemple 86 – 55, et 55% n’ont pas su faire des additions de nombres décimaux, comme 0,24 + 0,57.

Sera R

 

Les commentaires sont fermées.