Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Profanation aberrante et patriotisme apparent

Profanation aberrante et patriotisme apparent

Pour tout Malgache digne de ce nom, la patrie est sacrée. Il a toujours tissé un solide lien envers tout ce qui est ancestral…mais jusqu’à quand ? Fut loin l’époque où le pays pouvait compter sur de véritables patriotes ayant la farouche volonté de défendre les intérêts de la terre des ancêtres. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le vol d’ossements humains continue de faire couler beaucoup d’encre sans que personne ne daigne lever le petit doigt pour dénoncer les cerveaux. C’est littéralement devenu un fait divers comme un autre et l’indifférence a gagné du terrain.

D’aucuns avancent que ces ossements volés sont destinés à l’exportation. Mais où et à quelle fin ? On n’aura jamais une réponse à cette question. Apparement, on a affaire à des commanditaires fantômes. Les dossiers y afférents ont été enterrés avec la culture ancestrale qui ne fera pas de vieux os à l’allure où vont les choses. Jusqu’à ce jour, l’on s’interroge sur les tenants et aboutissants des actes de profanation flagrante des palais et tombeaux royaux ainsi que des lieux sacrés. Mais les soi-disant patriotes n’osent pas élever la voix pour réclamer les résultats des enquêtes face à cette profanation aberrante.

Les responsables avancent des arguments souvent tirés par les cheveux aux journalistes. Histoire de donner un os à ronger à la masse populaire. Ainsi, on ne doit pas s’étonner du dérapage de la jeunesse malgache en proie à une indifférence totale face à une culture qui risque de mourir…à petit feu. Mais il n’est jamais trop tard pour changer le cours de l’histoire et l’exemple vient d’en haut. Il est vraiment temps de transformer les discours « patriotiques » en action pour éviter de se faire sucer jusqu’à l’os. Quoi qu’on dise, la protection de nos richesses économiques dépend indéniablement de la défense de notre richesse culturelle.

Rojo N.

Les commentaires sont fermées.