Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : l’exportation du riz est interdite

Arrêté étendant à tous les ports de la Côte Est de Diégo à Fort-Dauphin inclusivement l’interdiction des riz édictée par l’arrêté du 29 décembre 1916

Le Gouverneur des Colonies, délégué dans les fonctions du Gouverneur de Madagascar et Dépendances, Vu, etc.

Considérant qu’en raison des cyclones et inondations on peut prévoir dès maintenant que la récolte du riz sur la Côte Est sera fortement déficitaire en 1917, qu’il est nécessaire dans ces conditions d’interdire l’exportation de cette denrée hors de la Colonie par la Côte Est en vue d’assurer l’alimentation de la population :

Arrête :

Article premier. – L’interdiction d’exportation des riz et paddys édictée par l’arrêté du 29 décembre 1916 est étendue à tous les ports de la Côte Est de Diégo-Suarez à Fort-Dauphin inclusivement.

Exception pourra être faite en ce qui concerne les ports non compris dans l’arrêté du 29 décembre 1916 précité pour les riz usinés de qualité spéciale dont les stocks auront été constitués sous forme de riz ou de paddy et dont l’existence sera constatée dans un délai de 4 jours à compter de la publication du présent arrêté.

Article 2. – Vu l’urgence le présent arrêté sera transmis par télégramme et affiché dans les chefs-lieux de province et de district et sera exécutoire à compter du lendemain du jour de sa publication nonobstant les dispositions de l’arrêté du premier juin 1911 qui a fixé les délais d’exécution des lois, décrets et arrêtés pour Madagascar et Dépendances, etc.

La rade de Mananara

Dans un précédent article sur le ravitaillement de la Côte Est, nous avions exprimé la crainte que le Sidon ne pût mouiller dans cette rade faute d’un plan de sondages.

Or les levées, sondages et plans de cette rade viennent d’être terminés et sont l’œuvre intelligemment et consciencieusement exécutées, avec des moyens tout à fait rudimentaires, par un agent des travaux publics, dont nous regrettons de ne pas connaître le nom pour le donner comme exemple à ses collègues.

Le Sidon pourra donc ravitailler la population de Mananara.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.