Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Littérature : Antananarivo, capitale de la poésie

Littérature  : Antananarivo, capitale de la poésie

La Journée mondiale de la poésie a été marquée d’une pierre blanche un peu partout dans la capitale, hier, par un récital de poèmes, une série de concours, un atelier d’échange et de partage, autour du leitmotiv « Moi et mon pays ».

On n’a pas failli à la tradition cette année pour célébrer comme il se doit la littérature et notamment, la poésie dans sa généralité.  Sous la férule du ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du Patrimoine (MCPASP), cette journée a été ponctuée d’une série d’activités littéraires. Dans ce dessein, un atelier d’écriture suivi d’un récital de poèmes s’est tenu, hier, à la Bibliothèque nationale Anosy, dans la salle Gisèle Rabesahala. Quatre grandes plumes ayant plus de 20 oeuvres au compteur,  Fanja Razah, Avelo Nidor, Rima et Ny Eja, se sont plu à échanger et partager leurs expériences avec les poésiphiles.

Cet atelier s’est articulé autour de trois volets, à savoir, l’orthographe, l’écriture et le récital, depuis le mois de novembre de l’année qui vient de s’écouler. Cet atelier s’est déroulé à Bevalala, puis Ambatofotsy et Anosy pour couronner le tout. Un recueil de poèmes fraîchement intitulé «Fanasina» a été réalisé à l’issue de cet atelier de formation, dans lequel sont regroupées les œuvres de tous les participants.  Ces derniers se sont vu remettre un certificat des mains de Laure Rabarison  de l’Office national des arts et de la culture (Ofnac).

Un exemple à suivre

Le Quartier général des jeunes à Ampefiloha a également vibré au rythme des vers et des proses déclamés par une ribambelle de poètes venus en masse pour répondre à l’appel à cette occasion. Du côté du centre culturel américain à Tanjombato, une série de concours et de manifestations axée sur la poésie ont également été programmés.

Face à l’engouement des écrivains sur les réseaux sociaux pour publier leurs œuvres, Ny Eja fait remarquer que «Les réseaux sociaux sont devenus actuellement un outil incontournable pour les jeunes écrivains pour diffuser et promouvoir leurs œuvres.  Un exemple à suivre pour la promotion de la littérature malgache. Toutefois, des efforts considérables restent à déployer en ce qui concerne les techniques de base de l’écriture».

Joachin Michaël

 

Les commentaires sont fermées.