Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : la mobilisation à Madagascar (3)

(Suite et fin.)

Au cours de l’audience qui leur fut accordée le 16 courant, le Gouverneur Général se trouva pleinement d’accord avec eux sur la nécessité d’agir avec circonspection. Il a reconnu que si, en ce qui concerne les classes 1900 à 1917, le nombre des sursis accordés par le Ministre sera excessivement restreint (12 à 14 dans toute l’île pour les colons et aucun pour les fonctionnaires), il est indispensable que, pour les mobilisables des classes 1889 à 1899, qui doivent constituer la garnison de Madagascar, des dispositions spéciales très libérales soient prises sous peine d’apporter un trouble néfaste dans l’existence économique et politique de la Colonie. Ces dispositions spéciales consisteront dans des sursis permanents ou périodiques suivant le cas pour des personnes indispensables au fonctionnement des entreprises actuellement en activité et qui ne pourraient être remplacés. Ces mesures, après étude, feront l’objet d’une entente avec l’Autorité Militaire.

S’inspirant de considérations d’un haut patriotisme, le Gouverneur Général n’a pas cru devoir présenter au Ministre d’objections au sujet de l’ordre de mobilisation générale qui doit être exécuté dans toutes les colonies : Madagascar continuera à être en tête de celles qui auront fourni la contribution la plus importante à la VICTOIRE.

Des tempéraments, néanmoins, doivent être apportés à la mobilisation dans l’intérêt supérieur du pays par l’octroi de sursis accordés avec largeur de vue, dans les conditions autorisées par le Ministre et en s’inspirant des nécessités d’ordre économique.

La Colonie, comme toujours, acceptera patriotiquement les charges militaires qui lui seront imposées et se reposera sur la vigilance et l’esprit d’équité et

de justice de son Chef et des Commissions de sursis pour que soient appliquées avec discernement, dans l’intérêt de la Défense Nationale et de notre souveraineté à Madagascar, les mesures d’exception indispensables au maintien de la vie économique

du pays.

L’exposé ci-dessus du Comité Consultatif n’est que le reflet des avis exprimés par la plupart des Corps Constitués de Madagascar.

Les colons membres

du Comité Consultatif.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.