Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Maninday-Toliara : le campus universitaire squatté

Maninday-Toliara  : le campus universitaire squatté

Le campus universitaire de Maninday-Toliara ne l’est plus que de nom  déplorent les étudiants qui y vivent au milieu des squatteurs avec les risques engendrés par cette promiscuité nuisible au bon déroulement de leurs études.

Plus de la moitié du domaine de l’université de Maninday, dans la province de Toliara, est occupée illégalement par des particuliers actuellement, ont révélé des étudiants résidents du campus. La décision du régime de transition de l’époque «Ratsirahonana» ayant autorisé la cession des biens immobiliers de l’Etat aux fonctionnaires a accéléré le mouvement par lequel des enseignants de Maninday ont construit sur les terrains de l’université.

Les riverains et les particuliers ont profité aussi de la gabegie qui s’ensuivit pour s’implanter impunément sur le domaine de l’université. Des cabanons en matériaux locaux ont vu ainsi le jour pour héberger le trop-plein des cités universitaires moyennant une mensualité de 15.000 ariary pour une pièce d’environ 4m2.

Violation de la franchise universitaire

L’occupation illégale du campus par des non étudiants nuit à l’environnement estudiantin, selon des représentants des étudiants de l’université de Toliara. La situation favorise la recrudescence de l’insécurité, selon eux, mais des responsables de cette université ont de très gros intérêts dans cette affaire de squatterisation des terrains de Maninday et les protègent. La limite du campus n’étant plus définie comme il se doit à cause de la présence des squatteurs dans la place, la police fait irruption au gré de la situation dans le domaine de l’université pour faire des arrestations ou des actions policières.

De plus de 120 hectares à son début, le terrain attribué par le régime socialiste au centre universitaire de Toliara à l’époque est réduit à moins de 20 hectares et se rétrécit encore actuellement, déplore les étudiants résidents de cette université.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.