Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Marché local : les prix restent stables

Marché local : les prix restent  stables

Le passage du cyclone Enawo n’a pas encore eu d’impact sur les prix à Antananarivo. Le prix des produits de première nécessité (PPN) est resté stable, excepté celui du riz qui a connu une légère hausse deux jours après le passage du cyclone Enawo.

Le prix des denrées alimentaires sur les marchés à Antananarivo n’a pas connu de grand changement après  le passage du cyclone Enawo dans la région Analamanga  le 7 février dernier, d’après les marchands. Seul le prix du kilo du riz « Makalioka » a augmenté de 100 ariary, allant de 1 800 à 1 900 ariary ces deux derniers jours, rapporte un marchand en gros dans le marché d’ Ambondrona. Pour les autres PPN, le prix du kilo du sucre est resté à 2 900 ariary, le litre de l’huile en vrac est aussi resté à 4800 ariary. Le prix du sac de charbon n’a pas non plus changé, soit entre 18 000 à 20 000 ariary le sac.

« Le  cyclone Enawo n’a pas encore eu d’impact sur les prix en général dans la capitale. Mais cela reste relatif vu que de nombreuses routes nationales  sont coupées depuis  mercredi, à l’exemple de la RN2 » a avancé notre interlocuteur.  A ce propos, le ministère des Travaux publics a rapporté que les travaux d’urgence pour la réhabilitation des routes endommagées par le cyclone ont déjà commencé.

 Aucun risque de pénurie de carburant

En effet, cinq routes nationales dont la plupart se trouvent au nord de l’île ont été détruites par le passage d’ Enawo. Sur la RN5 A, axe Ambilobe- Vohémar, un pont  situé sur le PK 384 est coupé. Au niveau de la RN6, des éboulements se sont produits au PK 28. La buse de conduite d’eau est également endommagée au PK 220.

Par ailleurs, une partie de la RN 44 est ensablée. Une partie de la RN 2 est également coupée du côté de Mandraka. A ce sujet, les responsables auprès du ministère de l’Energie et des hydrocarbures ont rassuré qu’aucune rupture de stock de carburant n’est à craindre, vu que l’approvisionnement de la capitale part directement du port de Toamasina.

Aucune hausse non plus n’est prévue. « La coupure de la RN 2 à 50 km avant Brickaville n’entraînera pas une hausse des prix à la pompe, l’éventuelle révision des prix ne se  fait que tous les premiers du mois » a précisé le directeur général des Hydrocarbures auprès du ministère de l’Energie et des hydrocarbures, Laurent Rajaonarivelo.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.