Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Guerre de leadership : l’association des « Sojabe » rappelle à l’ordre

Guerre de leadership  : l’association des « Sojabe » rappelle à l’ordre

Le «Fikambanan’ny Sojabe avy amin’ny faritra Sofia» (Fisofaso) a réuni les membres de la presse malgache hier à Antaninarenina. «Les Sojabe sont les garants de la solidarité, de la justice sociale et jouent le rôle de pacificateur. Le vrai Sojabe est toujours respectueux et respectable», a rappelé le président de l’association, le général de division Jules Mamizara. Ce dernier de faire savoir que «certains Sojabe ont failli à leur mission et il est de son devoir de les rappeler à l’ordre. Ils n’ont même pas demandé l’autorisation de parler au nom du Fisofaso», a renchéri le président national.

Selon le général Jules Mamizara, le règlement intérieur de cette association précise que «L’association est apolitique, les membres ne soutiennent pas de parti politique, mais soutiennent le régime élu démocratiquement dans son projet de développement».

Appel au calme

Cette réaction fait suite aux déclarations effectuées en fin de semaine par les «Sojabe», mettant à grand jour la dissension entre ces «Raiamandreny». Le président national de  Fisofaso a appuyé et approuvé sans réserve les démarches entreprises par certains Sojabe tout en soulignant que les Sojabe doivent garder à l’esprit la devise de l’association qui est : «Là où il y a un Sojabe, les enfants ne se chamaillent jamais».

Le président de Fisofaso a pour sa part souhaité que la région Sofia et ses natifs ne soient plus les victimes d’«Expiatoires de la défaillance d’un système dont ils ne sont pas responsables».  Nous faisons confiance aux autorités pour rétablir la vérité et punir les vrais fautifs ». En effet, l’association sollicite des aides urgentes de l’Etat et de tout un chacun pour les sinistrés de Befandriana Avaratra.

Concernant le cas du colonel Lylison, le bureau central du Fisofaso pense que «La condamnation à un an de prison ferme pour un appel à une journée ville morte est exagérée et inappropriée».

Nadia

 

Les commentaires sont fermées.