Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Afffaire « Befandriana » : fin des enquêtes sur les lieux du crime

Afffaire « Befandriana » : fin des enquêtes sur les lieux  du crime

Les affaires de meurtre dont ont été victimes deux policiers et d’incendie de plusieurs villages de la commune d’Antsakabary ont été au centre des enquêtes rondement menées par la Commission mixte d’enquête et la Commission nationale indépendante des droits de l’ homme (CNIDH) dans le district de Befandriana.

Les enquêteurs mixtes de la police et de la gendarmerie ainsi que les trois émissaires de la CNIDH, après avoir parcouru près de 115 km, sont arrivés à Antsakabary, dans l’après-midi de vendredi.

Sous la férule du commissaire principal de police Georges Joël Randriananjoanimanana, chef du service de la police judiciaire auprès de la Direction provinciale de la police à Ambohidahy, et du général Mosesy Randrianarimanana, directeur de la police judiciaire au sein du commandement de la gendarmerie, les enquêteurs mixtes de la police judiciaire se sont plutôt attelés sur l’affaire d’incendie. Ils ont visité les ruines des villages incendiés et rencontré les villageois en vue de recueillir le maximum d’indices.

De leur côté, les missionnaires de la CNIDH se sont penchés sur tout ce qui est violation des droits humains, aussi bien dans l’affaire de double meurtre que dans l’affaire d’incendie, et son impact sur la vie de la famille des victimes de l’homicide et celle de la population locale et des écoliers. Après avoir bouclé leurs enquêtes, les missionnaires ont regagné la capitale.

Factice et tendancieux

Tant décriée à cause de son caractère jugé factice et tendancieux, l’enquête sommaire menée par des policiers locaux a coûté sa place au contrôleur général de police Norbert Anandra, ministre de la Sécurité publique. Cette fois-ci, après la venue des missionnaires de la CNIDH et des enquêteurs mixtes de la police judiciaire, on y verra assurément plus clair.

Entre-temps, l’on sait que les aides pour la population d’ Antsakabary, composées entre autres de 10 toiles de tente, de 10 tonnes de riz et d’ustensiles de cuisine, sont déjà sur place. Les kits scolaires sont déjà dispatchés et, sauf imprévu, les écoliers d’Antsakabary reprendront les chemins de l’école ce jour.

Par ailleurs, la députée de Befandriana Avaratra, Lyliette René de Rolland, a demandé aux autorités concernées de faciliter autant que possible le remplacement des papiers (copie d’acte de naissance, carte nationale d’identité et certificat de situation juridique…) des victimes de l’incendie.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.