Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Nomination d’ambassadeurs : en attente d’agrément

C’est presque fait. C’est le principal message de la chef de la diplomatie malgache à l’endroit des journalistes, samedi dernier, par rapport à la nomination des ambassadeurs. «Le président a déjà pris les dispositions nécessaires à ce propos, conformément à l’usage diplomatique. Des noms de personnalités ont été envoyés aux pays accréditaires et la nomination en Conseil des ministres se fera probablement en mars», a-t-elle déclaré. C’était en marge du reboisement effectué, à Imeritsiatosika, par le personnel du ministère des Affaires étrangères et des membres du corps diplomatique. L’article 2 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques stipule, en effet, que, «L’établissement de relations diplomatiques entre Etats et l’envoi de missions diplomatiques permanentes se font par consentement- mutuel». Toujours sur le même registre, l’article 4  dispose que «L’Etat accréditant doit s’assurer que la personne qu’il envisage d’accréditer comme chef de la mission auprès de l’Etat accréditaire a reçu l’agrément de cet Etat».

A en croire la ministre des Affaires étrangères, il semble que l’Etat a choisi des personnalités qui sont à même de concrétiser la diplomatie économique prônée par le chef de l’Etat et une ouverture vers d’autres forces politiques. Lors d’une interview récemment effectuée à la radio «Alliance 92FM», le patron de la diplomatie malgache a déjà indiqué que la diplomatie économique ou Eco-diplomatie nécessite des ambassadeurs visionnaires capables de développer le concept pour que ce dernier ait un impact direct sur le développement du pays. «Si vous vous référez à ce que le président a déclaré à Addis-Abeba récemment, la nomination viendra dans les meilleurs délais qu’il juge opportuns», a-t-elle alors soutenu.

La diplomatie verte à l’œuvre  

Samedi dernier, en tout cas, c’est à la mise en œuvre de la diplomatie verte que le ministère des Affaires étrangères s’est attelé. «En vous voyant honorer l’invitation du ministère des Affaires étrangères, j’ai envie de donner un nom à notre manifestation de solidarité de ce jour : à savoir la diplomatie verte : une diplomatie soucieuse de l’écologie, une diplomatie qui requiert une volonté et une adhésion complète aux mesures de la protection de la nature». C’est l’extrait du discours prononcé par la chef de la diplomatie malgache Béatrice Atallah lors du rendez-vous.

Le membre du gouvernement a soutenu que le ministère qu’elle représente appuie depuis toujours toutes les initiatives permettant de mener la lutte contre le changement climatique. «La diplomatie économique ne fonctionnera pas sans la diplomatie environnementale», explique la ministre des Affaires étrangères.  Présent sur les lieux, Hawa Ahmed Youssouf, représentant de l’Union africaine, a déclaré que cette initiative est louable. «Je trouve que c’est une très bonne initiative (…) parce que cela permet de développer ce qu’est la diplomatie verte. Je pense que nous devons tous ensemble œuvrer pour cette diplomatie verte afin de développer le continent. Vous savez que notre continent souffre de réchauffement climatique mais aussi de tous les désastres qui sont provoqués par les compagnies internationales (…)», a-t-elle soutenu.

Jao Patricius

 

Les commentaires sont fermées.