Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Bavure policière à Befandriana : les condamnations fusent de partout

Bavure policière à Befandriana  : les condamnations fusent  de partout

L’affaire d’incendie volontaire de maisons dans la commune d’Antsakabary continue de défrayer la chronique. Des témoins affirment que l’incendie a été commis par des policiers.

Nouveau rebondissement dans l’affaire d’incendie volontaire survenu dans sept villages de la commune d’Antsakabary, district de Befandriana Avaratra. Les réactions, la plupart hostiles, ont fusé de partout.

Ayant reçu l’autorisation de l’évêque d’Ambanja, les prêtres de cette localité ont réagi et condamné fermement les agissements des policiers. Tout en compatissant à la douleur des victimes, ils ont lancé un appel aux autorités et à toute personne de bonne volonté à venir en aide à ces sinistrés. Ils n’ont pas également omis d’interpeller la communauté internationale, la société civile, les organismes de défense des droits de l’homme à agir en faveur de ces innocents, particulièrement les écoliers.

Fanirisoa Ernaivo, présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar, a soulevé hier que 487 maisons et cases ont été incendiées. «Après avoir effectué une descente sur les lieux pour les constats d’usage, des gendarmes de cette localité ont fait un compte-rendu au procureur de Mandritsara qui nous a communiqué à son tour le rapport. Ainsi avons-nous appris que 487 maisons ont été incendiées. Toujours d’après le rapport, furieux de n’avoir rencontré personne dans les villages, les policiers venus procéder à l’arrestation des présumés auteurs du meurtre des deux agents envoyés en mission commandée ont mis le feu aux maisons. L’on sait qu’une septuagénaire a péri dans l’incendie», a indiqué la magistrate.

La députée de Befandriana a indiqué que 400 à 500 maisons sises à Ambinanindrano, Ambohitranivo, Ambodifinesy, Antanimenalava, Antananambo et Ambalamanga ont été ravagées par l’incendie.

De son côté, un habitant de Befandriana Avaratra a aussi affirmé que les sinistrés ont tout perdu lors de cette exaction policière. «Leurs provisions de riz et de maïs, qu’ils ont amassées depuis des années ont été réduites à néant», a-t-il évoqué avant de préciser que les habitants d’Antsakabary entendent signer une pétition en vue de dénoncer les atrocités dont ils étaient victimes et, en même temps, attirer l’opinion publique.

Mparany

( Photo d’archives)

Les commentaires sont fermées.