Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Vindicte policière !

Vindicte policière !

Befandriana est en feu. Tel un village africain ravagé par  une guerre impitoyable, menée sans faire de quartier. La population affolée qui ne s’attendait pas un tel revirement de la situation, a le cœur qui bat la chamade. La paix sociale, voire l’apaisement politique dans cette région est plus que fragile au risque d’une explosion  sociale imminente.  Le climat de méfiance s’installe à l’heure actuelle dans cette région, notamment entre la population et les autorités locales.

S’agit-il réellement d’une vindicte policière, suite au lynchage populaire de leurs deux compagnons d’armes ?  Car à entendre les informations véhiculées,  à prendre au conditionnel, les forces de l’ordre de Befandriana feraient leur propre justice. Comme si à leur tour, elles ne font pas non plus confiance à la justice et de s’en prendre à la population, à la limite d’une dérive autoritaire. Si c’est le cas, d’ailleurs, un acte pareil devrait faire l’objet d’une enquête approfondie de la part des autorités compétentes. L’Etat de droit, l’indépendance et le rôle de la justice tant martelés depuis des années sont vraiment mis en cause, une fois de plus.

Comme à l’accoutumée, les autorités essaient tant bien que mal de jouer les pompiers de service. Mais le mal est fait. Le feu de la rage est déclenché creusant davantage le fossé entre le peuple et le régime. En 2016, 44 personnes ont été victimes de la vindicte populaire. Les chiffres sont en hausse inquiétante par rapport aux années précédentes. 2017 commence à peine, mais une dizaine dont deux policiers figurent déjà sur le registre de la tragédie de la vindicte populaire.

JR.

Les commentaires sont fermées.