Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : les orphelins de la guerre à Madagascar

L’Association nationale des orphelins de la guerre (siège social : 40, quai d’Orléans) a reçu, par l’intermédiaire de sa dévouée et infatigable déléguée à Majunga, Mme Billaud, la somme de 3 500 francs, souscription recueillie à la suite d’un émouvant appel de Mme Graff à la population de cette localité.

Les souscriptions adressées à l’œuvre depuis deux ans par sa fidèle déléguée à Majunga atteignent aujourd’hui 40 000 francs.

Quant à la déléguée générale de l’Association, Mme Vuillod, qui n’a pas cessé de déployer depuis les premiers mois de la guerre, dans la Grande Île et particulièrement à Tananarive, un zèle digne de toutes les admirations, ses envois à l’Association (dont une forte partie représente des cotisations annuelles) s’élèvent déjà à la somme de 60 183 fr. 30.

De tels faits se passent de commentaires. Ils resteront un glorieux témoignage de la contribution patriotique de Madagascar à l’œuvre de solidarité nationale qui, depuis le 5 août 1914, ne cesse de recueillir, sur tout le territoire, tous les orphelins de la guerre en détresse.

Il se trouvera pourtant encore des gens pour nier l’utilité des colonies.

Tragique accident

  1. Maréchal, payeur des finances à Madagascar (bien connu en Indochine où il exerça pendant de longues années les mêmes fonctions), vient d’être victime à Marseille d’un terrible accident, qui lui a coûté la vie.

Voyant passer un tramway avec remorque, M. Maréchal croyait atteindre une place sans danger ; malheureusement, il perdit l’équilibre et tomba. Les roues le happèrent, lui faisant des blessures qui entraînèrent presque immédiatement la mort.

Tous les Indochinois regretteront cet excellent homme, qui ne comptait dans la colonie que des sympathies.

Le Courrier colonial

La peste à Maurice

  1. le consul de France à Maurice fait connaître que l’épidémie de peste bubonique qui sévit dans cette île depuis 18 ans et qui était en décroissance marquée, s’est manifestée pour la première fois, depuis le 21 juin 1916, par la découverte, le 9 décembre, de foyers de cette maladie, dans les districts éloignés de Port-Louis, le plus rapproché en étant distant de 15 kilomètres.

De la daté précitée à ce jour, il a été constaté vingt cas de peste, dont onze se sont terminés fatalement.

Journal Officiel de Madagascar et Dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.