Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

507 maisons incendiées : la députée de Befandriana désavoue le ministre de la police

507 maisons incendiées  : la députée de Befandriana désavoue  le ministre de la police

La situation risque de se compliquer davantage à Befandriana Avaratra. Lyliette René de Rolland, députée de ce district et non moins sœur du sénateur Lylison René de Rolland, a réagi face à la déclaration du ministre de la Sécurité publique.

«Je veux bien croire le ministre mais je comprends mal qu’une aliénée mentale puisse incendier neuf villages sans que personne ne réagisse. C’est vraiment désolant. Je vous laisse faire le compte. A Ambinanindrano, 230 maisons et cases ont été incendiées. Une vieille dame aveugle de 70 ans a péri à l’intérieur de sa maison. A Ambohitranivo, 22 toits ont été incendiés. A Ambodifinesy, il y a eu 75 maisons incendiées, 20 toits à Antanimenalava et 80 toits à Antananambo. A Ambalamanga, le village a été entièrement décoiffé comme si un cyclone y est passé. Plus de 80 maisons et cases ont été consumées par le feu», a expliqué l’élue.

Une source locale a affirmé qu’après la constatation effectuée par des gendarmes et des membres de la communauté villageoise, 429 maisons d’habitation ont été réduites en cendres. La source de poursuivre qu’environ 200 ou 250 personnes ont été conduites au chef-lieu du district pour les besoins de l’enquête, tandis que la police a mentionné 45.

Deux poids deux mesures

Par ailleurs, Lyliette René de Rolland a dénoncé un «deux poids deux mesures», rappelant un autre cas de vindicte populaire. «Tout d’abord, je tiens à préciser que je suis formellement contre la justice de rue mais lorsque le cas se présente, on doit mettre tout le monde sur le même pied d’égalité. Il n’y a pas si longtemps, un groupe d’individus a pris de force un homme suspecté de meurtre dans un hôpital de Befandriana pour le tuer. Jusqu’à présent, l’enquête piétine. Même scénario dans la Sofia. La foule a lynché une femme, accusée à tort ou à raison de sorcière mais, à ce que je sache, aucune action n’a été engagée», a-t-elle ajouté.

Lors d’une rencontre avec la presse, le Contrôleur général de police Norbert Anandra, ministre de la Sécurité publique, a fait savoir que de fausses nouvelles ont été intentionnellement propagées en vue d’envenimer politiquement cette affaire. «Il n’y a jamais eu de personne tuée par balles, et l’incendie a été commis par une aliénée mentale après le départ des policiers missionnaires», a-t-il martelé.

Par contre, une autre source sous réserve de l’anonymat a infirmé ses dires. «L’incendie a eu lieu dans l’après-midi de mercredi. Les policiers ont passé la nuit à l’école privée Mahomby et ne sont repartis que dans la matinée de jeudi», a précisé la source.

Plusieurs zones d’ombre planent encore sur cette affaire qui a tiré sa source samedi après le meurtre de deux policiers en mission dans un village de la commune d’Antsakabary, district de Befandriana Avaratra.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.