Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Perdre sa langue

Perdre sa langue

Journée internationale de la langue maternelle. Madagascar n’est pas passé à côté de la célébration. Le malgache, cette langue si particulière et si complexe par nature est toutefois, et restera toujours, au centre du débat. Nombreux sont les amoureux de la littérature malgache qui ne cessent de se creuser les méninges pour produire des ouvrages traitant des sujets et thèmes axés sur la (re)valorisation de la langue malgache. Un Malgache digne de ce nom devrait connaître la célèbre phrase de Di, Henri Rahaingoson de son vrai nom, qui vient de déposer sa plume l’année dernière : « Andrianiko ny teniko, ny an’ny hafa koa feheziko ».  Une citation traduite librement par, « Je respecte ma langue maternelle tout en maîtrisant celle d’autrui ».

Mais entendre des jeunes Malgaches – résidant à Madagascar en plus – qui n’arrivent plus à s’exprimer correctement en malgache est tout simplement lamentable. L’herbe du voisin est toujours verte ! Pour beaucoup de Tananariviens, on se prend la honte de sa vie quand on est jeune et on ne parle pas français. Par contre, peu de gens osent critiquer une phrase en malgache mal formulée dans une discussion entre amis. Le Bescherelle est devenu plus en vogue que les œuvres littéraires malgaches.

Des écoliers malgaches sont même blâmés par leurs enseignants s’ils ne s’expriment pas en français à l’école. Et parfois, c’est la même chose quand ils arrivent à la maison. Mais ces établissements scolaires et ces parents, dans des interviews ou micro-trottoirs, ont l’audace de dire qu’ils adhèrent à la lutte pour la défense de la culture malgache. Ce fut le cas lors de la journée internationale de la langue maternelle. Pour les écoles, ce n’est qu’un coup de pub à 0 ariary mais il faut quand même savoir perdre sa langue pour ne pas induire tout le monde en erreur.

Rojo N.

 

Les commentaires sont fermées.