Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Industrie extractive : projet d’amélioration de la surveillance

Industrie extractive : projet d’amélioration de  la surveillance

L’industrie extractive dans un pays donné devrait normalement impliquer un flux important d’investissements étrangers. Par conséquent, beaucoup d’avantages sont attendus tels que l’augmentation des recettes du gouvernement, du PIB et du revenu national en plus d’un accroissement des revenus d’exploitation, sans oublier l’effet positif sur la balance commerciale du pays. En bref, une contribution au développement socioéconomique de la population.

Parti de ce constat, le Projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive en  Afrique francophone  subsaharienne (Pasie) a fait l’objet d’un accord de contribution de 5 ans, en date du 3 mars 2016 entre l’organisation Affaires mondiales Canada et la firme Cowater, agence d’exécution. Une séance de présentation du projet a eu lieu hier à la Cour suprême d’Anosy en présence du ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du pétrole et celui de la Justice.

Ce projet intervient dans le cadre du programme de coopération en industries extractives pour un développement  économique renforcé (Cedre) dont la contribution du gouvernement canadien est à hauteur de 18 millions de dollars canadiens, environ 43 milliards d’ariary pour quatre pays bénéficiaires : Burkina faso, Cameroun, Madagascar et Mali.

Un partenariat a été initié avec le Conseil régional de formation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques de l’Afrique francophone subsaharienne (Crefiaf) pour réaliser le développement des compétences sous forme de formation et conduite d’audit pilote auprès des institutions supérieures de contrôle (ISC), la Cour des Comptes pour Madagascar.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.