Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Biosécurité aquatique : l’heure est à la stratégie

Les acteurs du domaine des ressources aquatiques et halieutiques, de la pêche, de l’environnement à Madagascar sont en concertation de deux jours depuis hier, dans le cadre d’un atelier national pour le développement d’une stratégie en matière de biosécurité aquatique.

Grâce à l’initiative des ministères en charge des questions liées à l’agriculture, l’élevage, l’environnement, la pêche et les ressources halieutiques et aquacoles et avec le soutien du Fonds africain de solidarité (ASTF) à travers l’expertise technique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), cet atelier contribuera à la bonne gouvernance, au développement durable de l’aquaculture et à la protection des systèmes aquatiques naturels.

L’élaboration d’une telle stratégie fournira au pays un plan d’action complet pour un programme clairement élaboré et convenu pour atteindre les objectifs nationaux de santé et de biosécurité des animaux aquatiques.

 « Les récentes épidémies et pertes importantes survenues dans les installations d’élevage de crevettes à Madagascar dues au virus du syndrome des points blancs ont amené le gouvernement à reconnaître la vulnérabilité du pays aux maladies des animaux aquatiques transfrontières », a soulevé Gilbert François, ministre des Ressources halieutiques et de la Pêche.

« Cette stratégie nationale en matière de biosécurité aquatique revêt une importance significative tant pour la sécurité sanitaire alimentaire, pour la consommation locale que pour le commerce des produits au niveau international, et donc pour l’économie du pays », a souligné Patrice Talla, Représentant de la FAO à Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.