Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Secteur privé : hausse de 8% du salaire minimum d’embauche

Secteur privé  : hausse de 8% du salaire minimum d’embauche

Les négociations ont été longues. Mais le groupement des patronats et les syndicats des travailleurs ont trouvé un consensus sur le taux d’augmentation du salaire minimum d’embauche, après des discussions de près d’une semaine.

L’écart des taux proposés par les deux parties était conséquent. Les syndicats auraient notamment suggéré une augmentation de l’ordre de 24%, pour ramener le Salaire minimum d’embauche à plus de 200.000 ariary pour pouvoir faire face à la flambée des prix sur les marchés. Après des jours de négociations, les deux parties ont convenu une augmentation de 8%. Une fois cette hausse appliquée, le salaire minimum d’embauche passera ainsi de 144 000 ariary à 155.520 ariary.

Le protocole d’accord entre le groupement des employeurs et les syndicats des travailleurs sur cette augmentation de salaire sera signé cette semaine avant d’être envoyé au ministère de la Fonction publique qui se chargera de sortir le décret d’application y afférent. «Cette procédure pourrait se faire en une dizaine de jours», a souligné, hier, le SG du Sekrima, Remi Henri Botoudi, joint au téléphone.

Délestage

Appliquer une augmentation de l’ordre de 24% s’avère impossible avec le contexte actuel, selon les explications émanant du patronat, en raison en l’occurrence des délestages répétitifs qui diminuent considérablement les heures de travail normales et augmentent par ricochet les heures supplémentaires. Ce dernier de rassurer néanmoins que cette hausse de 8% est encore plus significative par rapport à celle de l’année dernière. «Certes, le Salaire minimum d’embauche a connu une augmentation de 8,25% en 2016 mais le taux d’inflation à ce moment-là était de 7,9% alors que celui-ci se situe actuellement à 6,94%», a-t-on fait savoir.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.