Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Banque de sang – HJRA : le personnel crève l’abcès

Banque de sang – HJRA : le personnel crève l’abcès

Un ras-le-bol généralisé. Les employés sortent de leur silence en dénonçant le manque de transparence dans la gestion du Centre national de transfusion sanguine (CNTS). Ces derniers donnent 48 heures aux responsables compétents afin qu’ils prennent les dispositions nécessaires pour mettre fin aux gabegies qui y règnent.

Rien ne va au sein de la Banque de sang. Le personnel monte au créneau pour dénoncer les différentes formes d’irrégularités qu’il constate dans le domaine de la gestion de cette direction. Une mauvaise gestion qui risque de porter atteinte à la sécurité et la crédibilité du métier et par ricochet, de mettre les patients ayant besoin d’une transfusion sanguine en danger.

Une situation à laquelle les employés n’adhèrent pas, raison pour laquelle ces derniers ont décidé  de crever l’abcès en faisant part de la situation qui y prévaut aux membres de la presse. Dans la matinée d’hier, ils ont mené une grève d’avertissement en vue d’interpeller les autorités compétentes, notamment le ministère de la Santé, à qui ils donnent un délai de 48 heures pour prendre les dispositions nécessaires. En fait, les employés, qui ont constaté des tractations douteuses dans la gestion financière du CNTS, réclament plus de transparence sur ce sujet.

«Les matériels et les outils de travail, même un simple stylo manquent alors que la Direction s’attelle à la construction d’infrastructures d’une grande valeur», a évoqué le Dr. Dieudonné Germain Rasamimanana. «A cause de ce soi-disant manque de budget, les employés n’ont touché depuis quatre ans aucune somme relative à la sorte d’indemnité qui doit être perçue par l’ensemble du personnel trois fois par an, laquelle a été promise depuis 2012 par les dirigeants depuis le moment où le CNTS est devenu indépendant en tant qu’ Etablissement public à caractère administratif (Epa)», a fait savoir le Dr. Fanja Andrianavalojaona, de la Sélection médicale.

Consulté à ce sujet, le directeur du CNTS, le Dr. Herisoa Fortunée, continue de snober les requêtes des employés, en soulignant qu’il ne s’agit pas d’un droit mais d’une sorte de motivation pour le personnel. «Cela devra étudié cette année, mais aucun arriéré pour les comptes de 2012 jusqu’à maintenant ne sera payé», a ajouté la présidente du conseil d’administration (PCA), le Pr. Olivat Rakoto Alson.

D’autres victimes

L’impact de ce manque de transparence au niveau du CNTS se répercute également sur les donneurs bénévoles auprès de la Banque de sang. Les valeurs de la collation qui leur est offerte après chaque opération de don de sang, ne correspondent pas à celles octroyées par l’Etat à titre de subvention. «Chaque donneur, qui agit bénévolement, a droit à une collation d’une valeur de 1.200 ariary alors que le prix du goûter qui lui est servi n’excède pas les 300 ariary», regrettent nos sources.

Cette politique d’austérité, appliquée au niveau de la Banque de sang, pour combler une mauvaise gestion, risque d’être fatale, selon nos sources. «Une note sur l’usage du groupe électrogène du CNTS  serait sortie récemment. Laquelle stipule que celui-ci devra être éteint après deux heures de marche si le courant revient ou non, histoire de faire de l’économie dans la consommation en carburant», ont informé nos sources. Une disposition inopportune qui peut nuire à la bonne marche de la chaîne de froid.  En cas de défaillance, cela peut entrainer de graves répercussions sur la santé des patients ayant besoin d’une transfusion sanguine.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.