Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : l’avenir de Madagascar (9)

(Suite.)

Le tabac. – Par son climat et la nature de ses terres, Madagascar peut produire des tabacs dont la qualité égalerait ceux de Cuba et des Philippines. Il est désolant autant que douloureux de constater avec quelle brutalité cette industrie a été tuée dans l’œuf. C’est encore une convenance personnelle qui en a été la cause. Il fallait à tout prix libérer d’une concurrence qui ne pouvait qu’être funeste les tabacs importés d’Algérie par les grands électeurs des Étienne et des Thomson. Et on n’a pas hésité à sacrifier Madagascar.

Là aussi, M. Lebureau, desserrez vos entraves.

Nous pensions avoir épuisé l’aride et fastidieuse question de l’utilisation des eaux de Madagascar par l’industrie, mais les nombreuses et vives observations qui nous ont été faites nous obligent à y revenir.

Développer dans notre colonie les diverses et nombreuses industries auxquelles elle se prête serait élever sa prospérité pour le moins à la hauteur de celle qu’atteignent les colonies ou les pays neufs les plus riches et les plus avancés.

Mais ce serait pour M. Lebureau l’abomination de la désolation. Aussi a-t-il eu soin d’y jeter son Holà ! et de préparer de telles entraves qu’à les remarquer un industriel sérieux s’empressa de s’en éloigner, pour échapper à une tyrannie aussi odieuse, en même temps que ruineuse et déprimante.

L’industriel calcule les dépenses qu’il peut faire en se basant sur les bénéfices possibles à réaliser. C’est ainsi que doit procéder un père de famille honnête, consciencieux. La législation en main, M. Lebureau lui dira : « Vous ferez les dépenses qu’il me plaira de vous imposer et de la manière qui me conviendra. »

Nous ne saurions assez répéter que M. Lebureau, le ZAPTATOUT, aussi ignare que malintentionné, n’a aucune

préparation et ne possède aucune compétence pour remplir

ce rôle tyrannique, et pendant 30 ans il tiendra le malheureux industriel, ainsi qu’il est stipulé dans le même article ci-dessous.

Il est vrai que, pour déguiser ce vol manifeste, car c’en est un, l’article 21 du même décret, dans son troisième alinéa, stipule qu’une indemnité pourra être allouée à l’industriel ainsi évincé.

Ah ! Le bon billet qu’a La Châtre !

 (À suivre.)

Le Tamatave 

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.