Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chargeur de batterie : les panneaux solaires détrônent le métier

Chargeur de batterie  : les panneaux solaires détrônent le métier

Pareil à l’apparition du train contre la diligence, celle des plaques solaires commence à faire perdre la raison d’être des chargeurs de batterie. C’était pourtant, parmi les petits métiers, une activité qui a connu son âge d’or il y a quelques années.

En effet, avec le prix abordable actuel des plaques solaires, les anciens utilisateurs de batterie pour charger leurs appareils tels que téléphone, radio ou encore télévision, ont profité de l’aubaine aux dépens des chargeurs de batterie. Cela s’explique par le fait que les panneaux solaires comportent aussi des batteries sauf que leurs accumulateurs s’auto-rechargent et ont une durée de vie importante pouvant aller jusqu’à dix ans.

Selon Vonjy, qui est dans le métier de chargeur de batterie depuis vingt ans, leurs principaux clients se limitent aujourd’hui aux conducteurs de deux-roues et de voitures, si les camionneurs commencent à se faire rares aussi.

11 000 ariary de recettes

A raison de 2 000 ariary la charge d’une batterie de moins de 100 Ah et 1 000 ariary celle d’une moto, Vonjy peine à avoir une recette quotidienne de 11 000 ariary. Une recette qui lui est insuffisante actuellement une fois les dépenses déduites. Ce qui l’a poussé à faire des extensions d’activité en achetant des batteries usagées.  Une fois les réparations faites, il les vend à 5 fois moins le prix d’une batterie neuve. Et au cas où les batteries sont irréparables, il récupère les séparateurs et les étains, un autre gain en sus.

Selon Vonjy, grâce à cette stratégie, ce sera sa nouvelle activité principale, sans pour autant abandonner la charge. Il achète une batterie usée à raison de 10 000 ariary la pièce.

Sera R

 

Les commentaires sont fermées.