Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Bois de rose : vol des 200 rondins saisis à Antalaha

Bois de rose  : vol des 200 rondins saisis à Antalaha

Près de 200 rondins de bois de rose saisis à Antalaha ont été déterrés et déplacés ailleurs. Au moins un suspect a été arrêté.

L’exportation illicite de bois de rose a connu une baisse sensible ces derniers temps. Par contre, l’objectif de zéro déplacement n’a pas été atteint. Le cas qui s’est produit dans la nuit du 1er au 2 février à Vinanivao Antalaha semble confirmer cette assertion.

Des gendarmes sont censés assurer la garde de cette quantité de bois de rose mais, à la lumière des explications reçues, il faut dire que ces derniers se sont fait leurrer et n’ont vu que du feu.

Un opérateur économique, l’ancien détenteur de ces rondins et non moins propriétaire d’un bateau, le « Caprica », a été arrêté par les éléments de la Compagnie territoriale de gendarmerie d’Antalaha. L’on sait en effet que, cette nuit-là, les éléments de faction ont abandonné leur poste pour escorter le commandant de bord du Caprica, son adjoint et le mécanicien du bateau.

Plusieurs zones d’ombre

Interrogé au sujet de cette affaire, le général Antohy Rakotoarison, directeur de la Sécurité et des renseignements de la gendarmerie, a expliqué qu’il est encore trop tôt pour se prononcer sur le dossier.

« L’enquête ne fait que commencer. En tout cas, les enquêteurs ont interpellé le propriétaire du bateau afin de vérifier si c’était lui ou non qui tirait les ficelles dans cette affaire. Pourquoi les gendarmes se sont-ils laissé berner aussi facilement ? Ou est-ce qu’il y avait eu complicité ? Des questions sont en suspens mais nos enquêteurs vont essayer de déterminer la responsabilité de tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire », a-t-il signifié.

D’après une source locale, les forces de l’ordre ont été alertées par le chef de fokontany et le pasteur d’une église de cette localité. « Il y a sûrement anguille sous roche car les bois saisis ont été enterrés dans cinq fosses. Déterrer 200 rondins ensevelis plusieurs mètres sous terre demande énormément de temps et une forte mobilisation de moyens humains », a précisé la source avant de conclure que la quantité de bois précieux reste introuvable jusqu’à présent.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.