Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

L’Etat se désengage : l’association Freedom au chevet d’Akany Avoko

L’Etat se désengage  : l’association Freedom au chevet d’Akany Avoko

Dans le besoin. Le Centre de prise en charge « Akany Avoko », sis à Faravohitra, éprouve de sérieuses difficultés pour  maintenir ses activités qui consistent en l’accompagnement, l’éducation, la protection, la prise en charge et la réinsertion des filles en situation de vulnérabilité. Les pouvoirs qui se sont succédé, y compris le régime actuel, n’ont pas daigné bouger le petit doigt pour soutenir le centre, qui  est pourtant sous tutelle de l’Etat.

« Le centre n’a bénéficié d’aucune subvention depuis des années. Laquelle . Raison pour laquelle, son fonctionnement dépend entièrement des appuis des partenaires privés», a informé le responsable de « Akany Avoko », Ivelohanta Razafindrasoa. C’était hier en marge de la remise de don de l’association Freedom.

Une délégation dirigée par la présidente de ladite association, Lalatiana Rakotondrazafy, s’est rendue sur les lieux pour remettre un don de matériel informatique à ce centre, accueillant actuellement 45 enfants et jeunes filles défavorisées, âgées de 6 jours à 19 ans. Une dizaine d’ordinateurs, munis de connexion internet, seront mis à la disposition de celles qui sont en âge scolaire, pour leur permettre de se familiariser avec la nouvelle technologie, un outil indispensable dans leur réussite scolaire.

Mis à part ces dons, accompagnés de la réhabilitation de la salle informatique du centre, l’association Freedom a également engagé deux enseignants en informatique pour assurer l’encadrement des bénéficiaires pendant trois mois. Parmi les pensionnaires de l’Akany Avoko » figurent des enfants analphabètes. Le numéro un de Freedom n’est pas resté insensible à cette réalité, raison pour laquelle, l’association compte engager des alphabétiseurs, dans le plus bref délai, pour sortir ces enfants de l’illettrisme.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.