Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Economie bleue : Madagascar doit se renforcer au sein de l’Afrique

Se basant sur la nature et les formidables richesses de notre pays, l’économie bleue constitue une alternative de développement économique et industriel pour Madagascar et pour ses voisins. Elle dispose d’une profondeur stratégique dans le cadre de la lutte contre la faim, du développement des biotechnologies, de la pêche, du tourisme etc.

L’économie bleue malgache est la clé de tous les remèdes. 

L’économie bleue est axée sur un modèle social. Ce modèle social priorise un entrepreneuriat basé sur une réduction des pertes et des émissions de carbone, par des productions à faible coût privilégiant un développement durable, des emplois et croissances viables. Elle se concrétise par les activités portuaires, la mariculture, l’aquaculture, l’écotourisme bleu, les bioproduits marins ou aussi la biotechnologie et l’écotourisme.

La profondeur stratégique de l’économie bleue 

L’Afrique et Madagascar bénéficient ainsi d’un poids stratégique et géopolitique mondial dans le domaine maritime. Il existe une « autre Afrique sous la mer » et l’économie bleue a pour objectif d’établir, selon l’Union Africaine (UA), une « nouvelle frontière de la renaissance de l’Afrique ». L’économie bleue peut permettre à Madagascar de tempérer l’unilatéralisme constant dans ses relations économiques classiques avec les multinationales du monde entier. Cette opportunité que Madagascar partage avec ses voisins a attiré l’attention des États africains qui ont su définir des stratégies.

L’Agenda 2063 de l’Union Africaine intègre l’économie bleue dans ses « objectifs et domaines prioritaires des dix prochaines années » et considère son exploitation comme la première aspiration d’une « Afrique prospère ».

La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) sous l’impulsion de Carlos Lopes partage la vision de l’UA, tout comme l’ancien Vice-président des Seychelles, Danny Faure, y voient « l’avenir de l’Afrique ». L’économie bleue offre au continent la possibilité de mettre sur pied une nouvelle politique de civilisation africaine, c’est-à-dire une politique de l’homme fondée sur le social.  Il s’agit de renouer avec le génie propre des populations africaines et malgaches.

Le potentiel de l’économie bleue peut résoudre la sécurité alimentaire et le défi nutritionnel de notre pays. Les ressources halieutiques offrent la possibilité de régler les problèmes alimentaires sur tout le continent africain d’ailleurs. Sous réserve de politiques publiques efficaces, mais aussi en luttant contre la pêche illicite, non déclarée et non règlementée. Car c’est un fait, la pêche illégale bouleverse la révolution bleue en marche sur tout le continent africain. Et à fortiori à Madagascar. Ce bouleversement provoque un véritable « pillage industriel de l’économie bleue ».

C’est pour faire face à cette problématique, mais aussi celle de la sécurité des mers en général, que les États africains se réunissent régulièrement autour d’accords et de chartes. La mise en place de moyens financiers et techniques pour protéger les eaux territoriales de ces États reste à affermir. Et l’on note déjà une nouvelle dynamique industrielle en Afrique sous les auspices de l’économie bleue. Cette nouvelle dynamique industrielle africaine sous les auspices de l’économie bleue va profiter à Madagascar. Il faudra pour cela nous adapter rapidement aux différentes règles qui permettent de sécuriser les échanges internationaux.

Par l’économie bleue, les États africains et Madagascar peuvent faire jouer un jeu de puissance qui leur serait favorable à condition de s’unir et de se coordonner. La dimension sociale et systémique de régénération des ressources peut permettre la mise en place d’une véritable politique de civilisation africaine et malgache, basée sur des expériences locales, inclusives et intelligentes.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.