Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

290 habitations incendiées : plus d’un millier de sinistrés à Mahanoro

290 habitations incendiées  : plus d’un millier de sinistrés à Mahanoro

 Le feu fait des ravages. A l’instar d’Antehiroka, Taolagnaro, Toamasina, Vatomandry et Sambava, le district de Mahanoro a également été le théâtre de deux cas de violent incendie cette semaine.

La série noire se poursuit. Pas plus tard que lundi, deux villages, à savoir Vohitromby et Antseranantsara, ont été en proie aux flammes. D’après un bilan encore provisoire, près de 290 cases et maisons ont été réduites en cendres après ces deux cas qui ont fait plus d’un millier de sans-abri.

Celui de Vohitromby aurait été provoqué par un feu de brousse.

Attisées par le vent, les flammes se sont rapidement propagées et ont atteint les maisons attenantes. Les villageois ont vainement essayé de circonscrire les dégâts. C’est à peine si certains d’entre eux ont réussi à sauver une partie de leurs biens. En un rien de temps, le feu a consumé 236 maisons et cases dont quatre épiceries, ainsi que tous les objets qui se trouvaient à l’intérieur.

Le deuxième adjoint du chef de district s’est dépêché sur les lieux avant-hier pour soutenir moralement les victimes. D’après un ancien du village, c’est le huitième cas d’incendie que Vohitromby avait connu. Le plus grave serait survenu en 1956. A l’époque, le village aurait été entièrement rayé de la carte.

Passer la nuit à la belle étoile

Le deuxième incendie s’est produit le même jour à Antseranantsara, commune d’Ambinany Dilana. Vers  14 h, 55 habitations sont parties en fumée. Les circonstances du sinistre restent à déterminer. La situation est telle que la plupart des sinistrés passaient la nuit à la belle étoile, sous les buissons ou aux abords d’un fleuve.

Ayant tout perdu dans ce drame, les quelque 230 victimes lancent un appel à l’aide. Selon leurs explications, il leur faut urgemment des toiles de tente et des vivres.

Mparany

 (Photo d’archives)

 

Les commentaires sont fermées.