Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Affaire Lylison : le Sénat s’en remet à la HCC

Affaire Lylison  : le Sénat s’en remet à la HCC

Rebondissement dans l’affaire Lylison. Le président du Sénat Honoré Rakotomanana demande l’avis de la HCC relatif à la démission d’office du sénateur Mapar pour cause d’absence injustifiée.

La demande a été déposée hier auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) et publiée sur son site. Honoré Rakotomanana demande l’avis de cette dernière sur « le cas du sénateur Lylison René de Rolland Urbain, en application de l’article 8 du Règlement intérieur du Sénat ». Cet article stipule que « Lorsqu’un membre du Sénat manque au cours de son mandat à la totalité des séances et l’une des deux sessions ordinaires sans excuse valable admise par le Sénat, il est déclaré démissionnaire d’office». Les excuses valables sont la maladie attestée par le médecin du Sénat ou d’un hôpital public, une mission officielle attestée par ordre de mission ainsi que des évènements familiaux.

Le numéro un de la Chambre haute demande ainsi l’avis de la Haute cour étant donné que le même article stipule que « La démission d’un sénateur est constatée par la HCC ». Si le cas se présente, le sénateur sera remplacé d’office par le suivant de la liste.

Dans tous les cas, le Sénat n’avait pas encore accepté la levée de l’immunité parlementaire du sénateur bien que le flagrant délit ait déjà été soulevé par la procureure de la République. Près de sept mois après les faits, le Sénat réagit en demandant la démission d’office du sénateur ayant manqué à ses obligations au sein de l’institution.

L’absence du sénateur pourrait cependant être justifiée par le mandat d’arrêt lancé contre lui officiellement le mois de septembre dernier. Mais l’histoire remonte quelques mois auparavant, au mois de juin de l’année dernière lorsque le sénateur avait lancé un appel à une ville morte dans la capitale. Le commandant de la CIRGN, le Général Florens Rakotomahanina avait alors confirmé un mandat d’arrêt contre le sénateur et depuis, ce dernier est resté introuvable. A certain moment, le sénateur s’est toutefois exprimé à travers des vidéos sur les réseaux sociaux portant sur les affaires du pays. Jusqu’à ce jour, personne ne sait où se trouve le sénateur et les forces de l’ordre ont du mal à l’appréhender.

Tahina Navalona

 

Les commentaires sont fermées.