Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar – Vatican : le Saint-Siège maintient son influence

Madagascar – Vatican  : le Saint-Siège maintient son influence

Le Vatican maintiendra sa présence à Madagascar. Mis au courant de tout ce qui se passe dans le pays, celui-ci ne compte pas s’immiscer dans les affaires du pays, mais préfère plutôt lancer des piqûres de rappel.

Le Vatican, à travers la Nonciature à Madagascar, reste informé de tout ce qui se passe dans le pays, tant sur le plan politique que socio-économique. Le Vatican reste ainsi disposé à soutenir le pays dans la recherche de solution. Cela est d’ailleurs constaté à travers les multiples rappels à l’ordre des évêques de Madagascar.

Les deux pays célèbrent ainsi les 50 ans de leur relation diplomatique. C’est la raison principale de la venue du Secrétaire d’Etat du Vatican Pietro Parolin à Madagascar. Lors d’une conférence organisée hier à Andoharanofotsy, le cardinal a développé la diplomatie selon la vision du Vatican.

Dialogue

« Le Vatican œuvre dans la recherche d’une solution durable et innovante face aux différents conflits dans le monde », a-t-il fait savoir en précisant que le message vient du Pape François. Pour lui, « C’est le conflit qui engendre le conflit et c’est la crise qui crée la crise » d’où l’importance du dialogue dans la résolution des conflits.

Des propos qui arrivent à point nommé pour Madagascar à l’aube de la mise en œuvre du processus de réconciliation nationale. Le cardinal Pietro Parolin a expliqué que « Le dialogue est le seul moyen de maintenir la paix au sein de la société ». De ce fait, les dirigeants ne devraient exclure aucune partie dans le processus. Plusieurs d’entre elles étaient d’ailleurs aperçues sur les lieux hier.

Des points fondamentaux

Dans tous les cas, le Vatican œuvre sur trois points fondamentaux, à savoir la promotion de la paix, le respect des droits de l’homme et la lutte contre la pauvreté qui sont d’ailleurs des points très vulnérables dans le pays. Les sujets d’actualité ont été évoqués notamment la sécheresse, le kere, les exploitations minières mais surtout l’insécurité. Le cardinal encourage ainsi l’église catholique à soutenir la population tout en s’engageant à éviter tout conflit en promouvant le dialogue et la diplomatie.

Pour le cardinal, les maux de ce monde sont basés sur la quête perpétuelle de l’argent. « Ce sont les questions d’argent qui engendrent la majorité des  meurtres dans ce monde », a indiqué Pietro Parolin en citant l’exemple du commerce d’armes. « Comment arrêter les conflits si on continue d’approvisionner des parties combattantes? », s’est-il interrogé. D’où le rôle prépondérant de la diplomatie.

Tahina Navalona

 

Les commentaires sont fermées.