Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : l’avenir de Madagascar (3)

(Suite.)

Or on connaît la moralité du Malgache et la valeur de son témoignage surtout lorsqu’il s’agit d’évincer un vazaha.

Sans doute, les tribunaux se montrent aujourd’hui très prudents pour statuer dans des questions de cette nature, mais il n’en est pas moins vrai que le cas s’est présenté, et que cette épée de Damoclès est suspendue sur la tête du colon, qui, s’il n’est pas « persona grata » auprès de M. Lebureau, peut voir d’un coup sa fortune disparaître, en même temps que le produit de ses sueurs et le labeur de plusieurs années.

Devant cette iniquité que l’on peut qualifier de monstrueuse, que fait la Colonie, l’Alma mater du colon ? Il est pénible de le dire mais, comme Pilate, elle s’en lave les mains avec un cynisme qui n’a pas de nom.

Méditez les clauses de son article VI qu’elle insère tout au long dans le titre provisoire de propriété qu’elle vous impose, et qui est à prendre ou à laisser :

Art. VI. – L’autorisation d’occuper le terrain ci-dessus désigné est purement provisoire et est accordée sous la réserve expresse des droits quelconques pouvant appartenir à des tiers ; dans le cas où par suite, soit d’une réclamation émanant d’un tiers, soit d’une action en Justice, soit d’une décision du tribunal statuant sur la demande d’immatriculation, soit d’une sentence de tout autre tribunal, le preneur se verrait contraint d’abandonner tout ou partie de sa propriété, ce dernier n’aura aucun recours contre le domaine et ne pourra réclamer de dommages intérêts ; mais il lui sera concédé un terrain d’une superficie égale à celle dont il aurait été dépossédé.

Voyez-vous bien le colon évincé, ruiné, de santé et d’argent, aller recommencer son « via crucis » sur un autre terrain, avec la même perspective d’en pouvoir être évincé, une fois mis en valeur.

Il suffirait de reporter au premier bornage – fait au moment de la demande de concession – ce délai de trois mois accordé aux prétendants droits, avant que le colon n’ait dépensé ni un centime de son argent, ni une heure de sa sueur.

Seulement ce serait trop simple et M. Lebureau se trouverait désarmé. Car pour lui, le colon, comme nous l’avons déjà dit, voilà l’ennemi !

(À suivre.)

Le Tamatave 

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.