Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Affaires foncières : passes d’armes entre le M2PATE et la CUA

Affaires foncières : passes d’armes entre le M2PATE et la CUA

Les affaires foncière dans la capitale continuent de défrayer la chronique. La Commune urbaine d’ Antananarivo  (CUA), qui dénonce des illégalités et irrespects des législations en vigueur concernant l’affaire Antaninarenina, Antanimbarinandriana ou encore Andohatapenaka, apporte sa version des faits.

sLa CUA sort de son silence. La Direction de l’urbanisme et du développement (DUD) au sein de la municipalité a apporté des explications techniques sur ces affaires, hier, lors d’une rencontre avec la presse à Analakely. A cette occasion, le numéro un de cette direction a tenu à démentir les rumeurs qui circulent  autour de l’affaire concernant le terrain dit Florida, titre 72800 A, situé à Antananiranenina, en se basant sur des dossiers écrits.

Se conformant à ces dossiers, notre source a fait savoir que ce terrain a été vendu à un particulier, suivant la délibération du Conseil municipal datant du 5 avril 1999. Lequel a obtenu un titre foncier et un certificat juridique en bonne et due forme, délivré par les services rattachés aux ministères auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate) le 29 décembre dernier, notamment les services des domaines et de la Topographie.

Pris en flagrant délit d’infraction, le propriétaire est venu régulariser sa situation auprès du Guichet unique de la CUA, le 4 janvier dernier, en déposant une demande de permis de construire, d’une clôture légère, déjà en chantier. Avant de sortir l’alignement, la CUA doit consulter les prescriptions d’urbanisme en  vigueur auprès du Service régional d’aménagement du territoire (Srat). Ce document stipule qu’il s’agit d’une zone non constructible alors que l’acquisition d’un titre foncier sur terrain veut déjà dire qu’il s’agit d’une zone bâtissable.

L’affaire sera portée auprès du tribunal administratif

Le cas d’Antaninarenina n’est nullement la seule affaire foncière qui a créé une confusion dans la capitale. Les terrains d’Antanimbarinandriana et d’Andohatapenaka constituent également d’autres objets de litiges entre la CUA et  l’Etat.  Pour le cas d’ Antanimbarinandriana, le directeur du DUD a  réitéré que les travaux en cours sur place n’ont obtenu aucun permis de construire délivré par la CUA et n’ont fait l’objet d’aucune étude technique au préalable alors qu’il s’agit d’une zone inondable… « Face à ces différentes formes d’irrespects des législations en vigueur, la CUA compte saisir le tribunal administratif », a conclu notre source.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.