Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Filière oignon  : la production locale largement suffisante

Filière oignon  : la production locale largement suffisante

Madagascar exporte en moyenne 3.000 tonnes d’oignons alors que la production globale dépasse largement cette capacité. Atsimo Andrefana à elle seule peut produire jusqu’à 7.000 tonnes par an. La Sofia produit presque la même quantité.

Le ministre a soulevé le fait que les producteurs et exportateurs commencent peu à peu à investir dans une production de qualité outre la quantité. En effet, après le premier envoi de litchis malgaches vers le marché sud africain, le ministère et ses partenaires s’intéressent également à la filière oignon.

« Si auparavant, nous avons exigé la fourniture d’une certaine quantité pour l’exportation, nous commençons aujourd’hui à viser une production de qualité. Nous sommes sur le point d’identifier les filières pouvant remplir ses conditions », a souligné Armand Tazafy, ministre du Commerce et de la consommation. « Nous avançons progressivement vers la mise en œuvre des dispositions des divers accords régionaux avec la Comesa, la Sadc, la COI », a-t-il ajouté.

Approche filière

Aujourd’hui, le ministère du Commerce et de la consommation investit beaucoup plus dans l’approche filière pour viser une production de qualité. « L’approche filière ne s’intéresse tout simplement pas à l’exportation des produits mais débute dans l’amélioration des semences, la fertilisation des sols jusqu’au conditionnement des produits à exporter. La transformation en milieu du cycle serait également d’une importance capitale pour lui donner une valeur ajoutée », a expliqué Armand Tazafy.

Selon toujours le ministre, l’oignon malgache est réputé pour sa qualité. Ce qui représente un atout pour la filière. Aussi, la production est largement suffisante pour satisfaire la demande extérieure, jusque-là concentrée sur le marché européenne. Mais aujourd’hui, le marché régional s’ouvre peu à peu. A titre d’exemple, l’île Maurice a confirmé dernièrement un besoin de 400 tonnes d’oignons.

Ainsi après la tenue d’un pré-atelier sur la filière oignon dans l’Atsimo Andrefana dernièrement, le ministère prévoit de tenir l’atelier national dans la Sofia.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.