Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Remaniement : les consultations sur fond de confusion

Remaniement : les consultations sur fond de confusion

Les fusibles ont sauté à la Jirama. L’équipe dirigeante jugée incompétente a été délestée. Sous cet angle, s’achemine-t-on vers un assainissement à grande échelle à l’heure où le remaniement reste d’actualité ? Car après ce limogeage massif, l’opinion publique s’interroge si le moment n’est pas venu de séparer le bon grain de l’ivraie à Mahazoarivo. Au sein des partis politiques, le flou règne encore et la confusion persiste.

Beaucoup de rumeurs mais aucune source fiable relative au remaniement qui s’annonce apparemment inéluctable. A en croire les informations véhiculées, les consultations ont déjà débuté depuis quelque temps. D’après même les dires de certains ministres, les sièges au sein de la future équipe gouvernementale auraient déjà fait l’objet d’une répartition.

Le prochain gouvernement regrouperait six ministres issus du Tim,  sept du Mapar, sept également pour le professeur Zafy Albert. Quant à l’Arema, paraît-il que Didier Ratsiraka exigerait le poste de chef du Gouvernement. Dans tous les cas, ce nouveau gouvernement sera majoritairement composé des représentants du parti au pouvoir.

En tenant compte du discours du président de la République à l’occasion de  la présentation de vœux du Nouvel an à Iavoloha récemment, mettre en place un gouvernement d’union nationale  fait partie de l’option…à condition que les autres partis, notamment issus des oppositions, acceptent de siéger à Mahazoarivo. Et à les entendre, autant dire que cela ne risque pas d’arriver.

Semblant d’ouverture

Devant les recommandations des bailleurs de procéder au changement du Gouvernement avant d’effectuer le déblocage effectif des aides financières, autant dire que le président de la République n’a pas vraiment le choix que de couper en quelque sorte la poire en deux.

Mais à l’approche de la présidentielle, intégrer des politiques adverses au sein de l’Exécutif comporte incontestablement un risque. S’il y a remaniement, ce sera un semblant gouvernement d’ouverture, voire «hypothétique», d’après un membre du Roso ho an’ny demokrasia sosialy (RDS). On devrait s’attendre à un gouvernement de combat pour remporter la présidentielle.

Au courant de rien

Interrogés sur la question, les grands partis comme le Tiako i Madagasikara ( Tim) se disent ne pas être au courant de ces consultations. «Je n’ai jamais été consulté. Je ne suis au courant de ce changement que par le biais des médias», a fait savoir un membre actif du Tim.

Même chose au niveau du RDS. Le ministre auprès de la Présidence, chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate), Narson Rafidimanana et son homologue auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’élevage, Rivo Rakotovao, ont également affirmé ne pas être au courant de ce sujet lors de leurs interventions respectives devant la presse.

Du côté de l’opposition, Hajo Andrianainarivelo est tout aussi étonné de cette rumeur. Ce dernier a déclaré par la suite qu’un changement des membres du Gouvernement sera inutile si les prochains nominés sont toujours à la solde des deux chefs de l’Exécutif, en faisant référence au cas de l’ancien ministre de l’Energie, Richard Fienena.

Un espoir de changement

Rumeur ou pas, le changement a commencé à s’opérer du côté de la Jirama avec le limogeage de son directeur général et le renouvellement du Conseil d’administration. Un limogeage qui ferait suite aux exigences du Fonds monétaire international (FMI), selon certaines indiscrétions.

En effet, les bailleurs de fonds présents à la conférence des bailleurs à Paris auraient également posé certaines conditions pour le déblocage des fonds, lesquelles seraient imposées au niveau de l’Exécutif, en l’occurrence, au sein de l’équipe d’Olivier Mahafaly Solonandrasana.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.