Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Incompétence, lacune, délestage : des fusibles sautent à la Jirama

Incompétence, lacune, délestage : des fusibles sautent à la Jirama

Des responsables au niveau de la Jirama paient les pots cassés des manquements, de ces derniers jours, au sein de cette société d’Etat. Le Conseil d’administration a été renouvelé en Conseil des ministres, hier.

Ce qui devait arriver arriva. Le décret de nomination des têtes pensantes au sein de la société d’eau et d’électricité de Madagascar  (Jirama) a été abrogé en Conseil des ministres, hier, à Iavoloha. Les lacunes répétitives ces derniers jours ont eu raison des responsables de cette société d’Etat. Si les défaillances au niveau de la communication par rapport à la situation de l’approvisionnement en eau dans la capitale  ont été les plus flagrantes dernièrement, les difficultés liées aux délestages intempestifs n’ont pas été en reste.

La mauvaise gestion au niveau central figure aussi parmi les griefs lancés à l’endroit des responsables de la Jirama. C’est le cas notamment des factures non recouvrées, du gasoil acheté à un coût plus élevé,  des branchements illicites… En novembre dernier, à travers un communiqué, le ministère des Finances et du budget a déjà souligné que  la société d’État ne recouvre que 60% de sa facturation, soit 50 milliards d’ariary par mois sur une facturation de 80 milliards d’ariary.

Acculés

En tout cas, critiqué de toute part depuis quelques jours, l’Etat a décidé de «couper des têtes» en abrogeant le décret de nomination du président du Conseil d’administration Rachidy Mohammed et du directeur général Nestor Razafindroriaka.

Le premier est un proche du régime pour avoir été un acteur majeur durant la campagne présidentielle aux cotés de l’actuel chef de l’Etat avant son intégration au Conseil d’administration de la Jirama. Il est d’ailleurs l’une des figures du parti présidentiel. Tandis que le second n’est pas un novice du secteur car étant  un ancien ministre de l’Energie durant la Transition.

Pointés du doigt par les abonnés et acculés par l’Etat, ils ont été au centre des critiques ces jours-ci. Le Conseil du Gouvernement de mardi, à lire entre les lignes, a d’ailleurs annoncé que des changements pourraient survenir d’un moment à l’autre. «Les problèmes liés au délestage ont été au cœur du débat en Conseil du Gouvernement pendant près de 4 heures (…)», rapporte le communiqué issu du rendez-vous hebdomadaire de Mahazoarivo. En expliquant notamment qu’en 2016, le total des subventions versées à la Jirama s’élevait à 290 milliards d’ariary et qu’en 2017, l’Etat a prévu une enveloppe de 250 milliards d’ariary.

Mais selon les informations et demandes émanant de la Jirama, pas moins de 750 milliards d’ariary seront nécessaires cette année. De même, 70 milliards d’ariary devraient être débloqués dans l’immédiat pour limiter les problèmes de délestage actuels, liés au manque d’eau de pluie en cette période d’étiage. «En vue du caractère capital et imprévisible de la situation, le Gouvernement a étudié la mise en œuvre d’une solution d’urgence qui sera examinée le mercredi 18 janvier (à lire hier) en Conseil des ministres», a annoncé le Conseil.

Jao Patricius

De « nouvelles » têtes débarquent

Le Conseil des ministres d’hier a nommé Lantoniaina Rasoloelison comme administrateur délégué de la Jirama. Il était le successeur de l’actuel président de la République au poste de ministre des Finances et du budget lorsque celui-ci s’est porté candidat à la présidentielle en 2013. Les autres nouveaux membres du Conseil d’administration sont Todimanana Hyacinthe Befeno (Présidence de la République), Herilala Ranivoarisoa (Primature), Pierre Jean Feno (ministère des Finances et du budget), Julien Mamiarivao Raseliarison ( ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène),  Norbert Razanakoto (ministère de l’Energie et des hydrocarbures), Jean Christophe Lemanarina (ministère de l’Economie et de la planification), Jean Jacques Nambinina Rasamoel (ministère du Commerce et de la consommation), Josielle Onisoa Rafidy (ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé), Fredy Rajaoera (représentant du Secteur privé), Haja Maminirina (représentant du personnel), Robinson Jean Douglas Andriambolonosy (représentant du personnel) et  Eric Randrasana pour compétence particulière.

 

Les commentaires sont fermées.