Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : les pavés de l’ours (4)

(Suite.)

Et cependant, s’il est un Gouverneur qui ait su administrer sa colonie de façon à lui faire donner le maximum possible en faveur de la défense nationale, c’est bien M. Garbit, et c’est même là son titre le plus précieux à la reconnaissance et à l’estime de ses concitoyens et même à leur admiration.

La vie économique de la Colonie, qu’une mobilisation à outrance avait mise en sérieux péril, et en complet désarroi, non seulement a été maintenue, grâce à son active et intelligente initiative, mais encore s’est développée à une hauteur inconnue jusqu’à ce jour, au point de pouvoir fournir à la défense de la mère patrie certains articles que cette dernière auparavant était obligée de demander à l’étranger. Tels sont par exemple les graphites, les maniocs et leurs dérivés, les viandes frigorifiées ou en conserve, les tabacs, etc., etc.

Eh bien non ! rien de tout cela n’existe pour la Camarilla en question composée – qu’on ne l’oublie pas – des meilleurs amis de M. Garbit. En présence de cette odieuse campagne, si humiliante pour la Colonie, notre Gouverneur a cru devoir remettre les choses au point, dans un document de haute envolée qui est venu fournir une preuve de plus de ses éminentes qualités de Gouverneur. Mais que peuvent ses loyales et véridiques explications pour combattre des mensonges que des compétiteurs déloyaux sont intéressés à présenter comme paroles d’évangile ?

D’ailleurs il n’y a pas de fumée sans feu, disent-ils, et vous les voyez, radieux, franchissant de nouveau les entrées du Ministère, brandissant toujours ces fameux journaux rédigés par les amis personnels de M. Garbit, – dès lors on ne saurait douter de leur sincérité, – mettant en si pénible posture l’homme qui consacre tout son temps et son grand talent à faire plus que son devoir pour le développement de la Colonie en même temps que pour la défense de la patrie.

Et après un tel pavé, plus lourd encore que celui de l’ours, on s’étonnera que la titularisation de M. Garbit, ainsi que l’avancement de ses collaborateurs, soient restés sur le carreau ? Le contraire seulpourraitétonner.

Quels singuliers amis vous avez là, Monsieur le Gouverneur !…

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.