Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : reprise tout en douceur, au rythme des vœux

La première semaine de 2017 fait entrer dans l’année nouvelle tout en douceur, au rythme des retours au travail. Tout le monde n’a pas repris le chemin du bureau en même temps, et cela s’en ressent agréablement sur la circulation dans la capitale. Profitons-en, les embouteillages, généreusement aidés par les averses, vont revenir progressivement. Mais il faudra encore quelque temps pour que la routine soit la norme parce que le mois de janvier n’est pas un mois comme les autres, même s’il est entendu que chaque mois est unique.

Janvier est le mois de la présentation des vœux. Nous avons trente-et-un jours pour nous acquitter de ce devoir qui ne se limite pas à la famille. Que vous souhaitiez une belle et heureuse année à votre grand-mère ou à votre cousin issu de germain n’aura pas d’incidence sur les vœux que je présenterai à ma grand-mère ou à mon cousin issu de germain. Nous avons quatre fins de semaine et un peu plus de soirées pour remplir nos obligations familiales.

C’est au  travail que la présentation des vœux pour l’année nouvelle s’apparente à un casse-tête. Pour le résoudre, il faut décortiquer des organigrammes et comprendre le principe d’égalité tel que nous le pratiquons. Tous les membres de chaque service, de chaque département et s’il existe, de chaque sous-service se mobiliseront pour organiser une petite réception qui se tiendra dans les bureaux ou hors les murs, c’est au choix, mais de préférence pendant les heures de travail.

Ce dernier point s’explique très facilement : s’il fallait souhaiter une bonne année aux collègues en dehors des heures de travail, les grands-mères et les cousins issus de germain attendraient le mois de février pour entendre nos bons vœux. C’est tout simplement inimaginable, à moins de rajouter quelques jours au mois de janvier.  Faites vos vœux !

Kemba Ranavela

Les commentaires sont fermées.