Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Assainissement après noël : plus de 2.000 tonnes de déchets dans la capitale

Assainissement après noël  : plus de 2.000 tonnes de déchets dans la capitale

Grand ménage après la fête de la Nativité. Le volume des ordures ménagères a presque doublé par rapport aux jours ordinaires. Ce qui  justifie la disposition prise par le Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) de mobiliser beaucoup plus d’agents et de matériel roulant que d’habitude.

Aucun repos. Les agents de nettoyage  de la capitale n’ont pas eu de droit de repos ni de faire la grasse matinée le lendemain de la fête de la Nativité, qui est d’ailleurs tombé un dimanche. Très tôt dans la matinée, ils ont dû s’atteler aux travaux d’assainissement de tous les quartiers pour ramasser les montagnes d’ordures accumulées durant la fête. Les endroits les plus fréquentés notamment les marchés d’ Analakely et ses environs, Isotry, ou encore 67 Ha… ont été priorisés.

Pour finir les travaux à temps, d’autres agents sont venus en renfort pour effectuer leur tour hier. Une disposition nécessaire à en juger le volume des ordures allant jusqu’à 2.000 tonnes les 24 et 25 décembre, contre 500 à 600 tonnes par jour en dehors de ces moments. Mis à part le personnel qui se charge des travaux d’assainissement, le Samva a également déployé une trentaine de véhicules pour accélérer le dépôt d’ordures à la décharge d’ Andralanitra. Chacun des véhicules, avec cinq à six hommes à bord pour assurer le chargement et le déchargement, a du faire quatre à cinq voyages pour vider les bacs à ordures, qui débordent le long de la chaussée.

Incivisme

L’état des lieux et les ordures constatés, notamment des tiges de brochette, des sachets en plastique, des cartons, des écorces de fruits… ou encore de l’urine dans des bouteilles, ne font qu’illustrer l’envergure du manque de civisme chez la majorité des citadins. D’ ailleurs, les commerçants des rues ayant investi les rues de la ville ont laissé derrière eux des tonnes de déchets. Et ce sont les riverains qui en ont le plus souffert, obligés depuis plus de deux jours de cohabiter avec ces tas d’immondices. La seule  image que l’on pouvait retenir de ces lieux, les jours du 24 et 25 décembre derniers, c’est tout simplement celle d’une ville nauséabonde, envahie par des tonnes d’ordures.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.